Elle est pas belle la vie ...

Bienvenue sur notre blog de randonnée

 

CALENDRIER DES RANDONNÉES ET NOTES DIVERSES

A la demande de quelques adhérents vous trouverez ci-dessous le lien permettant d'imprimer le calendrier des randonnées 2018

CALENDRIER 2ème TRIMESTRE 2018

LETTRE VISITE MÉDICALE

BULLETIN D'ADHÉSION 2017-2018

---------------------------------------------------

----------------------------------------------------

L'affichage des notes longues ayant été modifié, pour voir la note en entier il suffit de cliquer sur le lien "Lire la suite ..." situé sous la photo.

Bonne nouvelle: la fonction Diaporama est de retour ! Pour avoir l'accès à cette fonction ...

  • un clic sur l'image ouvre l'album
  • un clic sur les 3 points situés en haut à droite ouvre une fenêtre
  • un clic sur la touche "Diaporama" l'affiche à l'écran
  • pour quitter, un petit clic sur le signe en bas à gauche suffit

 ----------------------------------------------------

Calendrier des randonnées

 

Notre ancien blog de randonnée mais nouvel hébergeur

un clic sur l'image



Publié à 01:14, le 1 janvier 2019, dans Accueil,
Mots clefs :


Weekend montagne en Val d'Azun du 1er au 3 juin 2018

Retour aux "Moulins d'Isaby" que nous connaissons déjà et dont nous apprécions les qualités d'accueil depuis longtemps.

Le Val d'Azun au programme avec une balade vers le refuge Ledormeur pour le samedi et le Mont de Gez suivi de la visite du village d'Arras-en-Lavedan pour le dimanche. Météo habituelle pour ces mois de mai-juin: pluie et orages au programme.

14 marcheurs, les yeux ... au sol quand ça glisse, ouverts à s'en faire mal pour repérer les isards, écarquillés devant les somptueux paysages de montagne rehaussés par la présence tardive de neige.

Vendredi 1er juin

Tout commence vendredi soir : après installation, repas suivi d'une balade semi nocturne pour se mettre en jambes ...

Lire la suite...

-----------------------------

Samedi 2 juin

Samedi matin, déplacement en voiture vers le parking du plan d'Aste tout au fond de la vallée d'Arrens Marsous. Montée agréable en forêt le long du gave d'Arrens jusqu'à l'entrée du Parc National des Pyrénées.

Elle se poursuit jusqu'au lac de Suyen : les myrtilles, les rhododendrons et la réglisse (ou trèfle des Alpes) sont en fleurs.

Nous poursuivons vers la cabane de Doumblas précédée d'une splendide cascade.

Pause à la cabane ... vidéo panoramique à voir dans l'album ...

... et un coup d'œil à la toue: cabane (une centaine en Val d'Azun autrefois et une dizaine encore utilisées aujourd'hui) construite par les bergers, constituant des abris de fortune.

Toujours plus haut, laissant Suyen derrière nous et passant devant  un laquet saisonnier, nous rencontrons nos premiers isards.

Un peu plus haut, une bifurcation permet : soit de continuer vers les lacs de Rémoulis (dans la neige)  soit de rejoindre le refuge Ledormeur (notre choix, en espérant qu'il n'y ait pas de neige)

La montée devient plus raide et acrobatique, le sentier étant humide ...

... nous sommes au niveau des névés très dangereux en cette période de dégel ... heureusement ils ne nous concernent pas !

Vue sur le sentier vers Rémoulis en face de nous et arrivée au refuge pour la pause de midi : au refuge du CAF, M.Ledormeur étant l'architecte tout en étant pyrénéiste.

Vidéo panoramique circulaire pour apprécier le paysage autour de nous dans l'album.

Un regard sur la vallée et c'est la descente encore plus dure que la montée ... la limace et l'isard nous regardent avec dédain (bien que pour la limace je n'en suis pas aussi sûr !!!)

Arrivés au fond de la vallée, nous avons assisté à un spectacle peu commun et montrant bien les dangers de la montagne. Une avalanche se déroule devant nous : une coulée d'un mélange de neige, glace, eau et boue dévale le flanc de la montagne arrivant presque au fond du vallon ... vidéo dans l'album. Nous récupèrerons  des blocs de glace projetés sur le chemin.

Et cela n'a pas dérangé cet isard ... vidéo dans l'album

Passée l'émotion, la descente se poursuit tranquillement jusqu'au parking. Visite de la toue au passage et vidéo du groupe sur le pont dans l'album.

Descente en voiture vers le lac du Tech ...

... et devinette : que représente cette photo

  1. le cratère du Piton de la Fournaise sur l'île de la Réunion
  2. la trace de pas d'un ours de taille respectable
  3. autre chose ... mais quoi ?

Encore un petit déplacement pour prendre un pot au lac d'Estaing  ...

... avant de revenir au gîte pour dîner.

Certains font une nouvelle balade semi nocturne, d'autres (plus sportifs) assistent à la finale du TOP 14 devant la télé.

Je n'ai pas parlé de la météo au long de cette journée : conditions idéales pour la randonnée avec une température agréable et un ciel, bien que changeant, jamais inquiétant. Il n'en sera pas de même lors de notre arrivée au gîte qui se fait sous les trombes d'eau.

 

plus de photos dans l'album



Publié à 01:15, le 14 juin 2018, dans Sortie montagne, Villelongue
Mots clefs :


Weekend montagne en Val d'Azun du 1er au 3 juin 2018

Dimanche 3 juin

 

Matin ... rendez-vous au village d'Arras-en-Lavedan situé à l'entrée du Val d'Azun, beau village que nous visiterons en fin de balade. Peu avant de partir, la responsable du gîte des "Moulins d'Isaby" nous avise que le maire de Villelongue vient de la prévenir que de violents orages sont annoncés vers 14h et qu'il est prudent d'en tenir compte. Nous irons donc vers le Mont de Gez afin de terminer notre journée de randonnée dans les temps.

Les armes de la ville et tout le monde est prêt au départ. Après être passés devant la boutique de vrais souvenirs ...

Lire la suite...

... nous entamons une rude montée raide et glissante nécessitant plusieurs pauses.

Au passage une vache contorsionniste !

Encore un effort et c'est le sommet tant attendu ... pause détente, photos et goûter.

Une petite fenêtre dans les nuages s'ouvre au loin et le Pic du Midi de Bigorre se dévoile.

Descente bucolique par un chemin différent de l'aller ...

... peu avant d'arriver à Arras, il est midi et l'heure de déjeuner.

Ne reste plus ensuite qu'à rejoindre le village. Le ciel ? RAS jusqu'à l'arrivée, mais des signes inquiétants commencent à se manifester.

Nous aurons le temps de visiter le village, par un itinéraire balisé et commenté particulièrement intéressant.

C'est l'heure de lire quelques étiquettes au bar librairie d'Arras-en-Lavedan ... accueil chaleureux et belle librairie.

Il était temps de partir, le fond de la vallée disparaissant sous d'imposants nuages noirs annonciateurs d'une fin de journée compliquée.

 

plus de photos dans l'album

Un grand merci à Jean-Michel et Philippe pour ce weekend montagnard

Merci à Gérard pour le texte et les photos

(l'histoire ne dit pas s'il y a quelque chose à gagner au jeu de la devinette !)



Publié à 23:58, le 13 juin 2018, dans Sortie montagne, Villelongue
Mots clefs :


La Sauve ... de vignes en vignes

Dimanche 10 juin 2018

 

Pour cause de mauvais temps, cette randonnée prévue en janvier (avec galette) avait été annulée. Les mois ont passé mais la météo ne s'est pas vraiment améliorée. Alors aujourd'hui, croisons les doigts afin que les cieux nous soient plus cléments ! C'est à l'église St-Pierre ravalée depuis peu, que nous avons rendez-vous ... et 22 semblant être notre nombre fétiche ...

Lire la suite...

... c'est une troupe joyeuse qui s'élance sur les chemins de La Sauve et de ses environs. On commence par une montée dans le bois sur un chemin pierreux et un peu glissant ...

... débouchant dans les vignes face à La Renardière.

Rencontre avec un âne agité et 4 chèvres ...

... avant de gagner La Grange, la forêt ...

... et de traverser le gué sur le ruisseau du Bouchon.

Le chemin est encore boueux par endroit, la grimpette un peu rude ...

... et la pause bienvenue face au pré aux chevaux.

Nous traversons ensuite Minguet et le gué sur le ruisseau de Patrouilleau ...

... et gagnons les vignes du château Vieira.

Après avoir contourné la propriété ...

... nous suivons la route jusqu'à Le Croc.

Au quai à vendanges, nous alternons prairies et vignes ...

... puis suivons le chemin bien caché qui s'enfonce dans le bois.

Après avoir longé les vignes du domaine Latorse, nous effectuons le chemin du retour de vignes en vignes avec une vue sur l'église et l'abbaye ... et terminons par une côte.

Nous n'avons pas vu le soleil mais la douceur était au rendez-vous ... et aux dernières nouvelles nous avons effectué 14km pour 230m de dénivelé (Serge).

 

plus de photos dans l'album

Un grand merci à Gérard et Alain pour ce circuit champêtre



Publié à 23:20, le 10 juin 2018, dans Randonnee, La Sauve
Mots clefs :


Civrac-sur-Dordogne ... entre Dordogne et coteau

Mardi 29 mai 2018

 

Nous ne verrons pas le soleil de la matinée. C'est à Civrac-sur-Dordogne que le groupe se retrouve au pied de l'église ...

Lire la suite...

... et c'est sous l'averse que Marc nous livrera quelques info sur ce village peu peuplé situé dans la plaine alluviale de la Dordogne (212hab, en ↓ de 9% depuis 2010) .

Après quelques mètres sur la route, nous rejoignons un chemin longeant un ruisseau ...

... l'église de St-Pey-de-Castets en point de mire.

Nous alternons ensuite portions de routes et chemins de vignes ...

... avant d'attaquer la grimpette ...

... qui nous hisse sur le coteau. C'est au pied du moulin de Tuscat que nous faisons la pause ... belle vue sur la vallée et sur l'église et le château de Pujols.

Nous laissons le moulin derrière nous, traversons l'impasse aux vieilles maisons et vieux outils ...

... et par les vignes, regagnons la route qui descend à Ste-Florence.

De routes en chemins, de champs cultivés en vignes inondées ...

... nous rejoignons la Dordogne face à l'île de Civrac ...

... et notre point de départ.

Merci à nos guides du mardi pour ce très agréable circuit sans oublier les 23 courageux qui ont fait le déplacement dans la bonne humeur.

 

plus de photos dans l'album



Publié à 20:30, le 9 juin 2018, dans Randonnee, Civrac-sur-Dordogne
Mots clefs :


Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J1

Lundi 14 mai

Village de Kerhinet et le marais de La Grande Brière

 

C'est au village des chaumières de Kérhinet que débute notre séjour à Guérande. Nous avons rendez-vous sur le parking où le groupe se retrouve au complet pour un pique-nique ensoleillé. Les tables étant déjà occupées par un grand groupe descendu d'un bus, c'est donc sur le plancher des vaches que nous nous installons. Nous aurons droit en prime à un "festival" de danse et musique improvisé !

Lire la suite...

Le repas terminé, nous passons au déroulement de la journée : visite du village, parcours sur le sentier du bocage jalonné de nombreux panneaux, découverte du moulin de la fée et du dolmen de Kerbourg situés à l'écart de St-Lyphard .

Nous reprendrons ensuite nos véhicules, direction le marais de la Grande Brière. C'est  à bord d'un chaland, barque noire et effilée à fond plat dirigée avec une perche, que nous découvrirons une partie de cette vaste étendue de canaux et de prairies humides.

Puis il sera temps de gagner notre point de chute : le camping "Le Domaine de Bréhadour" qui nous accueille pour ce séjour. Chacun ayant pris possession de son mobil-home, il sera déjà l'heure de l'apéro ...

... puis de filer à Guérande nous mettre les pieds sous la table au restaurant italien! Le repas bon et copieux sera peut-être un peu lourd à digérer ...

 

retrouvez beaucoup d'autres photos dans l'album



Publié à 16:30, le 3 juin 2018, dans Court sejour, Kerhinet
Mots clefs :


Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J2

Mardi 15 mai

La presqu'île de Le Croisic et Batz-sur-Mer 16km

 

C'est au port du Croisic que nous nous retrouvons, après une bonne nuit de sommeil, sous un magnifique ciel bleu et un petit vent frisquet. Quelques info avant départ ...

Le port : aujourd'hui les pêcheurs se sont diversifiés et plusieurs métiers cohabitent. Le port de pêche compte une vingtaine de navires. La flottille est composée de chalutiers du large, de chalutiers côtiers, de caseyeurs, fileyeurs et ligneurs polyvalents dans les mêmes proportions. Pêche de poissons dits "nobles" : 1 la langoustine 2 l’araignée 3 la seiche 4 le merlu et aussi la sole, les crabes, la crevette rose. Le Port du Croisic, long de 2 km, est un port à marée doté d'une configuration spécifique en terre-pleins et bassins nommés localement jonchères et chambres. Il fut aménagé avec le lest contenu dans les navires marchands à compter du XVème siècle. Auparavant, port de commerce, très vite port de pêche aux crustacés et à la sardine principalement. Le Croisic devient un important port de pêche grâce aux nombreux finistériens effectuant la "transhumance" de mai à septembre pour suivre la sardine de St-Jean-de-Luz à Douarnenez qui finissent par s'installer au Croisic. Une des activités principales était la transformation des sardines sur place dans une des 5 conserveries de la commune (Joseph Colin, inventeur de la sardine à l’huile, 1ère conserverie). Un marché couvert et une criée deviennent très vite nécessaires pour compléter les conserveries qui se sont établies dans la ville. L'ancienne criée fut jusqu'en 1982 le lieu central de l'activité des quais. Alignement sur les quais de belles demeures construites au XVIIème siècle quand la pêche à la morue à Terre Neuve faisait la fortune des armateurs croisicais.

Lire la suite...

... vers le Mont Lénigo et son point de vue : le Port est abrité d'un côté par la digue de Pen Bron construite début XVIIIème et de l'autre par la jetée du Tréhic début XIXème refermant l’entrée d’eau du Traict, éthier qui alimente au sud les marais salants de Guérande. En face, la pointe de Pen Bron, Centre médical hélio marin, créé au début du XXème dans les locaux d’une conserverie de sardines créée en 1824. Est aujourd’hui un centre de rééducation et réadaptation fonctionnelles.

Du Mont Lénigo à la Pointe du Croisic : le chemin longe la résidence St-Goustan et ses belles demeures cachées (merci à Corinne notre photographe équilibriste !!!) ...

... puis la plage de St-Goustan : une construction cylindrique en pierre interpelle le marcheur sur la plage. Cette structure correspond au puits de visite des prises d’eau de mer qui permettaient d’alimenter les marais salants de Saint-Goustan (ferme marine actuelle). Pour compenser l’ensablement de la plage, du fait de la construction de la jetée du Tréhic, une seconde prise d’eau de mer est construite plus à l’ouest au milieu du XIXème siècle. La plus ancienne fonctionne toujours depuis le XVème siècle ...

... port aux Rocs ...

 ... et petite pause dans les rochers au pied de l'ancien fort de la pointe.

De la Pointe du Croisic à la Vigie de la Romaine : avançant dans la mer, la Pointe du Croisic a de tout temps joué un rôle stratégique qui justifie la présence d’un site militaire. Les modestes défenses d’antan ont été remplacées au XIXème siècle par un fort carré standardisé qui devient bientôt villa d’agrément lorsque les anglais furent plus pacifiques avec la France. C’est aujourd’hui un hôtel-restaurant.

De la vigie de la romaine : cet ancien corps de garde est construit au XVIIème siècle, sur le point le plus haut du littoral, pour surveiller les côtes. La construction ruinée sera rénovée et rétablie dans les années 1930 par un architecte un peu original qui en fit une vigie moderne, qui n’a de Romaine que le nom. Le bâtiment actuel est une reconstruction de l’Après-guerre, celle des années 1930 ayant été rasée pendant le conflit ...

... au menhir de la pierre longue : ce mégalithe du Néolithique se situait initialement sur la hauteur derrière les immeubles actuels et constituait un amer (point de repère) pour la navigation. Abattu pendant la Seconde guerre mondiale et cerné de blockhaus, le monument fut replacé et mis en valeur dans les années 1960 le long du littoral ...

... et au moulin de Bauvran : peu d’anciens moulins à vent subsistent sur le territoire du Croisic. Le propriétaire du Parc de Penn Avel sauva celui dit de Bauvran en rachetant les pierres et en remontant l’ensemble sur le littoral à quelques encablures de son site originel. Le moulin désormais sans ailes devint alors belvédère d’agrément.

Passage devant la croix de la baie de Jumel : cette croix commémore la noyade d’une jeune fille dans la baie de Jumel en Août 1845. Initialement placé de l’autre côté de la route, le petit monument prend place au bord de la mer en 1895 grâce à l’initiative du propriétaire du parc de Penn Avel, M. Levesque ...

... puis la plage de Port Lin ...

... et trouvons un coin un peu abrité du vent pour la pause repas.

C'est sous le soleil que nous reprenons notre cheminement sur la plage en direction de Batz-sur-Mer ...

... passage à côté de l'ancien bassin des sardines ...

... arrivée au port St-Michel et au menhir de la pierre longue : ce mégalithe du Néolithique se situait initialement sur la hauteur derrière les immeubles actuels et constituait un amer (point de repère) pour la navigation. Abattu pendant la Seconde guerre mondiale et cerné de blockhaus, le monument fut replacé et mis en valeur dans les années 1960 le long du littoral.

Nous quittons alors la côte pour gagner et traverser le village de Batz-sur-Mer ...

... petit arrêt à la chapelle Notre-Dame du Mûrier construite par des paludiers au XVème à la suite d'une épidémie de peste ...

... puis à l'église St-Guénolé pur style gothique breton et une tour lanterne du XVIIème haute de 70m.

... et devant cet édifice en pierres de granit et briques appelé "cathédrale".

C'est par les marais salants ...

... et un œil sur le moulin de la falaise : il revient de loin car il a été sauvé des ruines au début du XXème, puis abandonné, puis incendié. Entièrement rebâti en respectant les plans et matériaux. Il fonctionne avec son mécanisme à l’ancienne et moud du blé noir bio. On peut le visiter et y acheter sa farine de sarrasin ...

... que nous regagnons Le Croisic. Montée au belvédère Yves Chelet pour profiter de la vue et prendre quelques photos souvenirs.

Visite rapide de la ville ...

... retour au camping ... douche, apéro ...

... avant de rejoindre Guérande et le restaurant "Le vieux logis" où nous avons passé une excellente soirée.

 

de nombreuses autres photos sont à découvrir dans l'album



Publié à 16:20, le 3 juin 2018, dans Court sejour, Le Croisic
Mots clefs :


Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J3

Mercredi 16 mai

Pénestin, la mytiliculture et les falaises ocres

Du port de Tréhiguier à la Pointe du Bile 15km

 

Un aller sans retour qui a nécessité une certaine organisation à laquelle il ne fallait pas en perdre son latin !!! Notre randonnée va nous permettre de contourner la totalité de la presqu’île de Pénestin en partant des bords de la Vilaine à 3km à vol d’oiseau de l’embouchure puis nous longerons la côte sauvage sur l’Atlantique jusqu’à la pointe de Bile où nous attendrons quelques voitures pour le retour ici.

Nous sommes au bord de la Vilaine. Elle prend sa source à Juvigné dans la Mayenne, c'est le plus long fleuve côtier de Bretagne (225 km). En 1970 s’est achevée la construction du barrage d’Arzal, réalisé pour réguler le cours de la Vilaine afin de protéger la ville de Redon des violentes crues d’hiver associées aux grandes marées et pour fournir le bassin de Guérande en eau potable (usine de traitement des eaux en amont du barrage). Ce barrage (un des rares existants en estuaire) a beaucoup modifié le fonctionnement naturel de l’estuaire, accentuant son envasement, faisant fortement diminuer les remontées de civelles et obligeant le déplacement des bouchots vers la sortie et le large.

Port de Tréhiguier : c’est le port de Pénestin (commune littorale du Morbihan). Port de pêche et foyer de la mytiliculture de Pénestin. 1879 : les premiers bouchots ont été installés dans cette zone et Tréhiguier était fourmillant d’activités, avec ses chalands et ses tracteurs. Mais l’envasement de l’embouchure repousse vers l’extérieur les implantations de bouchots  et Tréhiguier demeure le lieu de vie des mytiliculteurs.

Lire la suite...

Après quelques annonces et info ...

... nous partons en direction de l'ancien phare.

Nous effectuerons ensuite un petit détour vers le menhir de la pierre blanche : à la pointe du Scal, un peu à l’écart du sentier de randonnée, se dresse un menhir de 4m de haut, en quartz blanc. A quelques mètres de là, gît une table de couverture de granit, vestige d’un dolmen. ...

... avant de revenir sur la route traversant le marais du Branzais (marais maritimes qui abritaient autrefois des marais salants dans les zones en eau et des pâturages pour bovins dans les hauts en périodes non inondées) menant à Pénestin, dépassés par plusieurs de ces curieux attelages. Il s'agit de cordes coco biodégradables mises en place pour augmenter le captage. Les cordes se recouvrent d'algues vertes appelées Limu; ces algues protégeront le naissain de moules qui sera exposé au soleil lors des basses mers. Les cordes seront ensuite prélevées et enroulées autour des pieux pour assurer la récolte de la saison suivante.

Sortis du village ...

... nous gagnons la plage et les tables de pique-nique pour la pause matinale.

Puis de montées en descentes nous suivons le sentier côtier entre ombre et soleil jusqu'à l'anse de Camaret ...

... et descendons sur la plage à marée basse à la pointe du Halguen : pointe sud de l’estuaire. Nous sommes à l’embouchure de la Vilaine. En face, la pointe Pen Lann (commune de Billiers). Si beau temps, vue sur les phares du Four et des Cardinaux . Elle fut de tout temps le site parfait pour installer batteries de canons au XVIIIème en couple avec les défenses du fort Dumet pour protéger l’entrée de la Vilaine menacée par les Anglais. Pendant la seconde guerre mondiale, un important dispositif de 17 blockhaus a été placé sur la pointe par les Allemands ...

Face à nous les conchyliculteurs sont à pied d'œuvre. L'élevage des moules se fait sur bouchot, c'est-à-dire sur des pieux de chêne ou de bois rouges exotiques (azobé, angelim). Les pieux exotiques sont livrés pointés alors que pour les chênes, il est nécessaire de les affûter. Les pieux sont enfoncés dans le sol. Les longueurs varient entre 3 et 6 mètres, en fonction de l'endroit d'implantation des concessions. Dans les secteurs rocheux, un trou est au préalable fait dans le sol (eau de mer préssurisée), afin de faciliter l'enfoncement du pieu. L'enfonce pieu, aussi appelé tam-tam, est ensuite utilisé pour terminer l'installation du bouchot. Chaque année, entre Janvier et Avril, ce sont environ 1000 nouveaux pieux qui sont plantés, lors des créations ou glissements de concessions, et en remplacement des pieux endommagés ou cassés par les tempêtes ou par l'usure. La durée de vie d'un pieu de chêne varie entre 5 et 8 ans; celle d'un pieu en bois exotique, entre 15 et 20 ans. Un schéma des structures, propre à chaque bassin conchylicole, réglemente l'élevage sur bouchot. Les concessionnaires doivent respecter un cahier des charges strict (espacement entre les pieux, hauteur, nombre de pieu maximal à l'hectare, etc.) et des contrôles réguliers sont effectués par les services de l'Etat (Direction Départementale des Territoires et de la Mer notamment). SOURCE suivre le lien     Breizh Coquillages Pénestin

Nous récupérons à nouveau le sentier qui, en surplomb, nous offre de magnifiques vues ...

... et arrivons sur le site des falaises : un éboulement récent met en garde le promeneur aussi resterons nous sagement sur le sentier.

La Falaise de la Mine d’Or : la plage de la Mine d’Or est remarquable pour plusieurs raisons. Le paysage est fascinant, surtout le soir quand les rayons de soleil viennent jouer sur la falaise et font chanter tous ces ors et ocres. Elle est site géologique classé, datée récemment de 650 000 ans. Des outils très rudimentaires trouvés attestent d’une occupation très ancienne des hommes. Son nom est dû à la présence d’or, découvert fin XIXème. Une mine avait été ouverte mais vite refermée car peu rentable (3g d’or à la tonne). L’or était dans le sable provenant de la falaise, bien sûr. Autre curiosité, une source s’écoule au milieu de la baie (plage de la Source) qui autrefois alimentait un lavoir. Cette falaise est un site unique en Europe. Véritable joyau de la nature, elle ne cesse de fasciner les scientifiques, à qui elle raconte des histoires passionnantes.

Le port sera notre salle à manger dans un environnement calme et reposant ...

... avant de reprendre notre cheminement ... quelques belles demeures ...

... des points de vue invitant à la rêverie et au farniente ...

... jusqu'à notre arrivée à la pointe du Bile terme de notre randonnée. Repos pour tous et trempette pour les copines, en attendant nos chauffeurs partis récupérer les voitures restées à Tréhiguier ...

... retour au camping ... douche, apéro ... en bref la routine !

Puis direction Guérande et le "Vieux Logis" qui nous accueille pour cette deuxième soirée.

 

retrouvez encore plus de photos dans l'album



Publié à 16:10, le 3 juin 2018, dans Court sejour, Pénestin
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 39 } { Page suivante }


Qui suis-je ?


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums


La carte des lieux visités



«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Rubriques


Accueil
AG
Balade du jeudi
Court sejour
Divers
Journee entiere
Long sejour
Rando galette
Rando repas
Rando urbaine
Rando weekend
Randonnee
Randonnee nocturne
Sortie montagne
Sortie raquettes
Telethon

Derniers articles


Bienvenue sur notre blog de randonnée
Weekend montagne en Val d'Azun du 1er au 3 juin 2018
Weekend montagne en Val d'Azun du 1er au 3 juin 2018
La Sauve ... de vignes en vignes
Civrac-sur-Dordogne ... entre Dordogne et coteau
Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J1
Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J2
Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J3
Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J4
Séjour à Guérande du 14 au 18 mai 2018 / J5
Laissez-vous conter les moulins
Vérac ... dans le Fronsadais chemin faisant
Saint-Macaire en passant par Saint-Pierre-d'Aurillac et Le Pian-sur-Garonne
Balade à Baron
Naujan-et-Postiac ... par une matinée printanière

Sites favoris


Blog Anne-Marie
Blog de Le Pout
Blog de Catherine
Boîtes à lettres1
Boîtes à lettres2

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Visiteurs