Elle est pas belle la vie ...

Bienvenue sur notre blog de randonnée

 

CALENDRIER DES RANDONNÉES ET NOTES DIVERSES

A la demande de quelques adhérents vous trouverez ci-dessous le lien permettant d'imprimer le calendrier des randonnées 2017

CALENDRIER 4ème TRIMESTRE 2017

LETTRE VISITE MÉDICALE

BULLETIN D'ADHÉSION 2017-2018 (prochainement)

---------------------------------------------------

----------------------------------------------------

L'affichage des notes longues ayant été modifié, pour voir la note en entier il suffit de cliquer sur le lien "Lire la suite ..." situé sous la photo.

Bonne nouvelle: la fonction Diaporama est de retour ! Pour avoir l'accès à cette fonction ...

  • un clic sur l'image ouvre l'album
  • un clic sur les 3 points situés en haut à droite ouvre une fenêtre
  • un clic sur la touche "Diaporama" l'affiche à l'écran
  • pour quitter, un petit clic sur le signe en bas à gauche suffit

 ----------------------------------------------------

Calendrier des randonnées

 

Notre ancien blog de randonnée mais nouvel hébergeur

un clic sur l'image



Publié à 21:14, le 1 janvier 2018, dans Accueil,
Mots clefs :


Weekend montagne au Mont-Dore du 29 septembre au 1er octobre 2017

Vendredi 29 et samedi 30 septembre

 

La reconnaissance de ce weekend s'était faite dans des conditions dantesques entre froid, grésil, brouillard, pluie et surtout vent particulièrement violent. Nos vaillantes guides avaient néanmoins effectué la balade du samedi avant de laisser tomber celle du dimanche ... il y a des limites à tout !

Le déroulement du weekend ne s'annonçait pas sous les meilleurs auspices non plus ... la météo ayant le moral au plus bas.

Vendredi soir: youpi ! Le soleil brille et le ciel est d'un beau bleu.

Samedi matin ... changement de décor : il pleut.

Le départ se fait du gîte des Hautes Pierres (toujours au top que ce soit pour l'accueil ou la cuisine). Passage le long de la Dordogne ...

Lire la suite...

... et montée vers la première du jour : la cascade du Queureuilh (qui s'écoule sur des orgues basaltiques) au milieu d'arbres magnifiques. Il y a moins d'eau dans la cascade que sur les ponchos !

Un peu plus haut, la cascade du Rossignolet qui s'étale tel un voile. L'état des tenues prouve que la météo est vraiment déprimée

Petite consolation, c'est l'automne et nos têtes chercheuses ont trouvé des trésors

La montée se poursuit jusqu'au col de la croix Morand où, devant un café bien chaud, la décision est prise de ne pas poursuivre une randonnée qui n'a plus rien d'agréable. Les chauffeurs assurent l'intendance et c'est au gîte des Hautes Pierres que sera pris le repas de midi

Dans l'après-midi, le ciel se montre moins capricieux. Après un petit moment de flottement (on y va ou pas ???) ... on y va. Direction la grande cascade au-dessus du Mont-Dore. Départ du gîte et passage derrière les termes pour la rejoindre par un sentier escalier bien tracé et marqué  mais assez pénible. Les vues sur la ville laissent découvrir un peu de ciel bleu

Le sentier suit le torrent pour arriver à la grande cascade. L'état des troupes est plus frais que le matin

Et tiens, puisqu'il fait beau, si on montait un peu plus haut. Ce qui fut fait vers le col de la croix St-Robert ... avec toujours le Mont-Dore et les sommets loupés le matin

Mais la fatigue se fait sentir et l'heure avance. Retour au gîte et au chaud, apéro offert par une heureuse gagnante au Bandit Manchot !!! ... repas et au lit.

----------------------------------

Dimanche 1er octobre

 

Le temps s'est considérablement amélioré (ce n'était pas difficile de faire mieux). 3/4 d'heure de route plus tard, voici le lac Pavin. Le sourire est de retour autour des voitures

Le Pavin sous toutes les coutures ...

... grimpette et c'est le sommet du Puy de Montchal culminant à 1407m

Photo souvenir au sommet puis descente dans le cratère au repos

Cheminement doux ensuite  vers le lac de Montcineyre. Doux mais pas tranquille ! Une nuée de quads (90 comptés) agrémente le paysage du doux murmure de leurs moteurs (soyons gentils, ils étaient charmants et très prudents). Mais, découverte plus intéressante ... les cèpes poussent là aussi et en quantité. Même Christine en a trouvé un (il parait que c'était son premier depuis sa naissance !!!)

Les vaches s'en donnent à cœur joie dans les pâturages en arborant de magnifiques bijoux de museau très tendance

Arrivée au lac de Montcineyre, repas pris derrière une grange pour se protéger du vent et exposition de la récolte ...

... le plateau aux alentours

Le retour vers le lac Pavin se fait par un chemin sympa et bucolique sans difficulté.

Descente sur Besse où le seul bar ouvert rechigne à accueillir des marcheurs fatigués. Mais tout s'arrange et les chocolats permettent de terminer ce weekend au chaud. Le Massif Central doit nous en vouloir car l'an dernier le brouillard avait empêché de voir quoi que ce soit. Et il y a quelques années, les raquettes s'étaient faites sur l'herbe. Il va falloir conjurer le mauvais sort !

 

d'autres photos dans l'album

Photos de Nicole et Marie-Hélène

Texte de Nicole très librement interprété par Gérard



Publié à 23:30, le 12 octobre 2017, dans Sortie montagne, Mont-Dore
Mots clefs :


Saint-Morillon ... le long du Gat mort

Mardi 26 septembre 2017

 

Saint-Morillon: l'histoire de la commune débute au XIème, date à laquelle est estimée l'origine de l'église. Le village est scindé en deux, non seulement par le ruisseau du Gât-Mort mais aussi (huit siècles durant) par 2 seigneuries qui s'octroient une rive chacune. Une histoire compliquée et agitée au fil des siècles jusqu'en 1746 où le village (vendu à Barsac par Henri IV en 1584) est cédé à Montesquieu ... En 1792 St-Morillon se réveille en République. L'ensemble des bâtiments datent du XIXème: l'école 1855, la mairie 1865, une poste municipale 1877 et une ligne de chemin de fer en 1882. Au XXème siècle, l’électrification de la commune devient effective (1927), une salle des fêtes voit le jour (1930) et l’eau courante arrive (1960).

Situé dans le vignoble des Graves, c'est aujourd'hui un village tranquille de 1600 habitants regroupé autour de l'église, de la mairie et de l'école où nous avons eu un peu de mal à trouver quelques places . Malgré la grisaille nous serons 28 marcheurs ... anciens et quelques nouveaux à qui nous souhaitons la bienvenue. Quelques info avant départ ...

Lire la suite...

... nous profitons de l'ouverture de l'église (pour cause de ménage) pour en faire une petite visite rapide

Nous traversons le village ...

... et aux dernières maisons, empruntons un agréable chemin qui s'enfonce dans la forêt où se mêlent chênes, châtaigniers, pins, genêts et fougères

Long cheminement jusqu'aux ruines de l'ancien moulin de Lusié sur le Gat Mort. Ce moulin a été acheté par Montesquieu le 30 juillet 1754, à peu près sept mois avant sa mort, au seigneur Armand de Montferrand, marquis de Landiras, pour la somme de 11 000 livres. Il s'agissait, d'après l'acte d'achat, d'une maison noble avec moulin à eau à deux meules ; bois, taillis et terres. Les meules ne sont plus visibles ...

... sur le mur du moulin (ancienne chambre des meules) est apposée une plaque commémorative en marbre, difficile à lire où il est écrit:

Sainte Jeanne de Lestonnac 1556-1640, nièce de Michel de Montaigne,

épouse de Gaston de Montferrand Baron de Landiras et de La Mothe,

mère de 5 enfants, a séjourné ici à La Mothe de Luziers ou Darriet entre 1604-1606.

Elle mûrit son projet d'établir une congrégation, pour l'éducation des jeunes.

En 1607, elle fonde à Bordeaux la Compagnie de Marie Notre-Dame

Sortis de la forêt, nous traversons avec autorisation une propriété privée ...

... puis plus loin, les vignes du château Belon : le nom du Château Belon peut provenir de deux origines . En effet, Belon peut faire référence aux huitres sauvages, qui vivaient dans le bassin d'Arcachon, lequel s'étendait jusqu'aux portes de Bordeaux il y a quelques centaines de milliers d'années (ce qui explique le sol dans lequel on retrouve beaucoup de coquillages fossilisés), mais aussi du bellon, ce chariot dont se servait les vendangeurs pour transporter leur raisin entre les rangs de vigne . Le domaine fut orthographié ainsi en 1750 sur la carte Royale . Le château avec son architecture en pierre locale est situé sur le point le plus élevé du village de Saint-Morillon et il est le siège des Vignobles Depiot  

C'est à l'entrée d'un bois, près de la piste cyclable, que nous faisons la pause

Repartis, nous galérons très vite à la recherche de chemins qui n'existent plus ...

... nous n'avons d'autre choix que de récupérer la route et notre tracé sur la carte

Petit arrêt à l'entrée d'un chemin privé qui conduit au château Gassion: après autorisation nous traversons la propriété ...

... pour gagner quelques minutes plus tard l'ancien couvent de Béthanie : au XIX ème siècle le Père Lataste prêtre dominicain (né à Cadillac) fut à l'origine de la création du couvent situé sur la commune (fermé depuis peu suite à des regroupements dus au manque de vocations), couvent qui eut pour vocation première d'accueillir à leur libération les détenues de la prison pour femmes du Château de Cadillac

A l'entrée de la propriété nous découvrons à terre d'étranges fruits au pied d'un grand arbre appelé oranger des Osages (clic) dont le bois fut utilisé pour fabriquer des arcs d'où son nom vernaculaire de "bois d'arc"

Retour à St-Morillon en traversant le Gat Mort sur une passerelle en bois

Nous serons 8 à rester pique-niquer installés derrière l'église où nous avons poursuivi agréablement cette matinée

 

encore plus de photos dans l'album

Merci à notre équipe du mardi pour ce circuit champêtre entre bois et vignes



Publié à 20:10, le 1 octobre 2017, dans Randonnee, Saint-Morillon
Mots clefs :


Cadaujac ... châteaux, palus et Garonne

Dimanche 24 septembre 2017

 

Située dans le canton de La Brède, Cadaujac s'étend sur 6km entre la Garonne et les vignobles. A 4 mètres d'altitude en bordure de La Garonne, la commune, très peu accidentée, atteint son point culminant de 32 mètres au Bouscaut. En bord de Garonne, elle a su mettre en valeur les richesses écologiques de son bocage, constitué de prairies humides, en le faisant classer Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunique (ZNIEFF). Cette zone est intégrée dans le réseau NATURA 2000 permettant ainsi la protection des écosystèmes et de la biodiversité. (site de la commune)

La journée annoncée comme estivale, a rassemblé 25 randonneurs (dont 2 nouvelles recrues à qui nous souhaitons la bienvenue) sur la place située face à l'église ...

Lire la suite...

... où François nous donne quelques info avant le départ

Le circuit de 12km proposé par nos guides, débute par de l'urbain qui nous permet de voir quelques châteaux (historique complet à consulter dans les Sources)  Sources SIGM histoire des châteaux de Cadaujac

  • La Grâce existait déjà à la fin du XVIIIème. Le château a été bien entretenu par ses propriétaires successifs. Après la révolution, il appartient à un riche américain qui achète également le château des Faugères. En 1937, le château est loué au patronage "Etoile Saint Louis". Jusqu’en 1946, réunions, séances de cinéma, cours d’enseignement ménager s’y succèdent. Cette même année y est organisée la première kermesse paroissiale. En 1948, les murs de la Grâce abritent "la Coopérative d’Amélioration de l’élevage de la Gironde". Il s’agit d’un centre d’insémination artificielle ayant pour but d’améliorer la race bovine en Gironde. Très vite l’entreprise étend ses services aux départements voisins et prend alors le nom de "Coopérative interdépartementale girondine et d’insémination artificielle". Dans les années 60, elle possède une quarantaine de taureaux de cinq races différentes. Depuis une douzaine d'années, elle est redevenue une résidence privée.
  • Cadaujac ou Saige : c'est à la fin du XVIIIème siècle que François-Armand de Saige, Baron de Beautiran, Maire de Bordeaux entre 1791 et 1793, fait construire ce château sur un site graveleux dominant les palus de la Garonne. Ce domaine de 14 hectares est situé dans un parc prestigieux, dont le Château de Saige est inscrit au titre des Monuments Historiques (toitures et façades). Cette propriété appartient, depuis 1979, à la commune de Cadaujac. En 1927, M. Gustave Chapon, directeur du journal "la Petite Gironde" achète le château. Pendant de nombreuses années, ce dernier sera désigné "Château Chapon", du nom de son nouveau propriétaire. Durant la seconde Guerre Mondiale, le château est réquisitionné par les Allemands puis par l’Armée française, puis un groupe de FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français) s’y installe en octobre 1944 ...  une soixantaine de personnes, non cadaujacaises, soupçonnées de collaborationnisme, y sont maintenues prisonnières, certaines torturées : six sont fusillées et enterrées dans le parc du château après un procès arbitraire, une septième victime est retrouvée noyée au port de Grima. La naissance de ce château s’est faite dans la douleur de la Révolution, la dernière guerre a égratigné son histoire : amputé au fil du temps  il ne reste qu’un corps de logis meurtri qui attend de panser ses blessures pour s’ouvrir à l’avenir.

  • Millefleurs (autrefois château Plombard) : les archives départementales ne possèdent aucun document concernant ce château. Les nouveaux propriétaires tentent d’en faire l’historique par le biais des actes notariés relatifs aux ventes successives (le dernier en leur possession date de 1910) et pour la période la plus récente par les témoignages des descendants des familles l’ayant occupé. Dès 1822, Jean-Baptiste ROULLE possède une propriété près de la Garonne, à "Calot". S’il agrandit ses biens en terres à cet endroit, il transfère l’habitation au lieu-dit "Plombard" dans une ancienne chartreuse surmontée d’un pavillon en son centre. En 1881, il faut reconstruire cette maison trop ancienne. Son fils, Jean-Urbain, fait alors édifier sur son emplacement le château Plombard, qualifié dans les actes notariés de château de style Louis XVI. Deux portails en fer forgé donnent accès à la propriété. Celui de l’entrée principale porte en haut de ses parties latérales des deux initiales, "J" et "R" de Jean ROULLE. Le 20 novembre 1930, le château Plombard est vendu à un américain, M. Tracey WOODWARD qui le rebaptise "Château Millefleurs".  Le 13 mai 1949, la Caisse d’Allocations Familiales de la Gironde achète le château à la famille WOODWARD. Il devient un pensionnat pour jeunes filles en difficulté. En 1975, il sera vendu au centre régional d’Aquitaine pour l’enfance et l’adolescence inadaptées. Depuis 2004, il est redevenu propriété privée de M. et Mme GRENIER.

C'est après avoir traversé la VF et vu passer 2 trains ...

... que nous gagnons les prairies où paissent de tranquilles moutons

Alternant routes et chemins empruntés par de nombreux joggeurs et autres motos pétaradantes (ben oui !!!) ...

... et observés par quelques vaches curieuses ...

... nous arrivons en bord de Garonne pour la pause

Après avoir longé à nouveau quelques rouilles, nous retrouvons la Garonne et ses carrelets ...

... le temps d'une courte pause, il est temps de se remettre en chemin pour retrouver la civilisation

Petite visite de l'église St-Pierre, romane du XIème. L'église est parmi les plus anciennes de la région : avec celles de Beautiran, elles sont situées en bordure de l'ancienne voie romaine. A l'intérieur la majorité des chapiteaux datent du XIXème siècle, on ne sait pas exactement si se sont des copies d’anciens chapiteaux romans, trop abîmés pour être conservés ou si se sont des chapiteaux romans qui ont subi des réfections au XIXème siècle. On trouve ici, les trois types de chapiteaux romans : le chapiteau végétal et ornemental, le chapiteau historié et le chapiteau symbolique ...

Pour le pique-nique, notre petit groupe de 10 a posé glacières et sièges dans le parc du château de Cadaujac où nous avons passé un très agréable moment. Un grand merci à notre ami Claude qui nous avait préparé une excellente tarte aux pommes (sans oublier Sylvie qui l'a transportée)

 

d'autres photos dans l'album

et dans l'album de Gérard

Merci à François, Marie-France, Arlette et Guy pour cet agréable circuit



Publié à 12:10, le 29 septembre 2017, dans Randonnee, Cadaujac
Mots clefs :


Cazaux ... entre mer et forêt

Dimanche 17 septembre 2017

 

Il en fallait ce matin du courage ou de l'inconscience pour prendre sa voiture et aller marcher à Cazaux. La météo s'annonçait catastrophique: l'eau devait être omniprésente toute la journée. Nous étions tout de même 11 à braver le mauvais sort et bien nous en a pris.

Cazaux est une ville de caserne au bord du lac du même nom ou de Sanguinet ou de Biscarrosse suivant le lieu où l'on se trouve. La ville n'a rien d'attirant, le canal reliant le Bassin d'Arcachon au lac, la coupe mais est inaccessible ... dommage. En semaine, le ballet des avions de chasse de la base aérienne y est incessant. Alors, pourquoi venir ici ?

Le dimanche c'est calme. Les plages y sont belles. Le lac, bien qu'interdit sur une partie est reposant. La lumière dégagée est digne du Bassin d'Arcachon tout proche. La forêt entre le lac et l'océan offre une variété d'odeurs et d'essences qui invitent à la promenade.

Notre balade part des rives du lac et rejoint l'océan à la plage de la Salie, au wharf plus précisément. C'est sous l'eau que se fait le voyage vers Cazaux et à l'arrivée, rien d'engageant ...

Lire la suite...

... les préparatifs se font sous la pluie, ponchos et parapluies sous un ciel chagrin où même le houx se met en boule

Le chemin longe le lac vers le sud. Il donne accès à de nombreuses tonnes de chasse aux canards. Quelques incursions sur la rive nous permettent de l'admirer

C'est l'automne

3/4 d'heure plus tard nous arrivons à la Bécassière et sa plage où une pause s'impose ... boire et déposer les ponchos dans les sacs car la pluie a cessé et ne reviendra plus

Nous mettons le cap plein ouest pour rejoindre l'Atlantique en traversant la forêt. Il n'a pas été facile de trouver des chemins faciles. Le sable est l'élément dominant des lieux mais à force de chercher nous y sommes parvenus. C'est parti pour la cabane de Curepipe: ancienne cabane de résinier, elle semble abandonnée mais on y trouve quelques traces de présence. Elle domine le lac de Gourcq ... plus exactement Gurc de Maubruc: mal orthographié gourcq par l’IGN, c’est à l’origine le trou creusé par un courant. Cette définition a pu faire croire que c’était ce qui restait de l’ancien exutoire de l’étang alors que cette magnifique baie, de plus en plus colmatée, faute de communication avec l’étang, est l’endroit, isolé lors de la fixation définitive de son niveau, où arrivait la « rivière de l’étang »

Un sentier au milieu des fougères et c'est la pause

Le plein d'énergie ayant été refait, c'est reparti au milieu des fleurs et des fruits

Et c'est sous un timide soleil que nous atteignons l'océan

Nous le retrouvons au wharf, avancée métallique de 800m de long qui déverse dans la mer, les déchets de l'usine à papier de Facture et les eaux usées du Bassin d'Arcachon ...

... depuis celui-ci, la mer et la côte prennent une autre allure

Nouveau départ et par un sentier en forêt, nous arrivons au parking de la plage de la Salie où nous pique-niquerons, l'accès à la plage étant planchéié

Départ ...

... le début du retour ayant des allures de dune du Pyla et de montagnes russes

Une petite route puis des sentiers de plus en plus étroits pour le retour vers le lac

Arrêt à la grande cabane d'Arnaud où nous verrons de très vieux chênes. Ravagée par un incendie criminel en septembre 2011 elle a été reconstruite à l'identique et a retrouvé toute sa superbe dans la clairière au milieu de la forêt usagère. Propriété de la ville de La Teste-de-Buch, elle se visite pendant les journées européennes du Patrimoine. Nouvelle pause et occasion de faire une démonstration de souplesse

C'est au milieu des fougères que se termine le parcours

Le port de plaisance de Cazaux, la plage et le centre nautique ...

... et le pot de fin de journée pour terminer

Retour aux voitures en passant devant une villa squattée par une multitude de chats. On l'a senti venir !!!

 

d'autres photos dans l'album

Merci à Gérard pour le texte et les photos

 

Et pour voir la balade à Cazaux un jour de Fête à Léo en juillet 2011 RV sur mon blog en cliquant sur le lien suivant

LA FORÊT USAGÈRE



Publié à 01:50, le 28 septembre 2017, dans Journee entiere, Cazaux
Mots clefs :


Ludon-Médoc ... retour sur les chemins

Dimanche 3 septembre 2017

 

Après l'Assemblée générale vendredi soir et l'élection du bureau, nous nous retrouvons aujourd'hui à Ludon-Médoc pour cette première randonnée de la saison. Pas de têtes nouvelles à l'horizon ... mais 27 habitué(e)s effectuant leur rentrée dans la joie et la bonne humeur malgré le temps maussade et un peu frais.

Lire la suite...

Après quelques info sur la commune ...

... c'est par la route puis les vignes que nous quittons le village pour gagner le sentier des graves longeant la propriété du château Cantemerle.  Entouré d'un immense parc clôturé, nous n'apercevrons pas la bâtisse qui doit son nom à un canon appelé Le Merle (lire la suite dans l'album). L'agréable cheminement en forêt, le long d'un ruisseau à sec où pousse l'osmonde royale  ...

... nous conduit au plan d'eau de Paloumey (et au château du même nom)

Direction ensuite le château La Lagune et l'immense vignoble que nous contournons avec l'aimable autorisation des propriétaires ...

... et quelques parcelles de vignes plus loin, nous retrouvons la civilisation dans la traversée d'un lotissement calme.

C'est au château d'Agassac, après avoir franchi la voie ferrée que nous ferons la pause tant attendue dans un cadre magnifique

Après avoir jeté un œil sur les menus ... nous filons en face dans les vignes ...

... jusqu'au portail de sortie fermé ... et où il a fallu faire un peu d'exercice !

Nous quittons les vignes pour nous diriger vers les marais ...

... traversés de jalles et de canaux : nous avons croisé une famille de pêcheurs contents de leur prise , vu des troupeaux de vaches , longé des champs de maïs et observé la flore des marais ...

... ainsi qu'un vol de cigognes tournoyant au-dessus de nos têtes. Retour par le chemin ombragé empruntant une petite partie de "la boucle des cigognes" : au château Bacalan nous retrouvons la civilisation et notre point de départ

Et pour terminer agréablement cette matinée, retour au plan d'eau de Paloumey pour un pique-nique sous les pins pour onze d'entre nous

 

 toujours plus de photos dans l'album

Un très grand merci à Philippe, Gérard, Jean-pierre et Michel pour cet agréable circuit entre bois, vignes et marais



Publié à 01:15, le 7 septembre 2017, dans Randonnee, Ludon-Médoc
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 45 } { Page suivante }


Qui suis-je ?


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums


La carte des lieux visités



«  Octobre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Rubriques


Accueil
AG
Balade du jeudi
Court sejour
Divers
Journee entiere
Long sejour
Rando galette
Rando repas
Rando urbaine
Rando weekend
Randonnee
Randonnee nocturne
Sortie montagne
Sortie raquettes
Telethon

Derniers articles


Bienvenue sur notre blog de randonnée
Weekend montagne au Mont-Dore du 29 septembre au 1er octobre 2017
Saint-Morillon ... le long du Gat mort
Cadaujac ... châteaux, palus et Garonne
Cazaux ... entre mer et forêt
Ludon-Médoc ... retour sur les chemins
St-Etienne-de-Lisse / Château de Pressac
L'île de Raymond ... et le mascaret
Weekend montagne à Gèdre 24 et 25 juin 2017
Weekend montagne à Gèdre 24 et 25 juin 2017
Séjour dans le Vaucluse - Le Luberon du 1er au 10 juin 2017
Séjour dans le Vaucluse - Le Luberon du 1er au 10 juin 2017
Séjour dans le Vaucluse - Le Luberon du 1er au 10 juin 2017
Séjour dans le Vaucluse - Le Luberon du 1er au 10 juin 2017
Séjour dans le Vaucluse - Le Luberon du 1er au 10 juin 2017

Sites favoris


Blog Anne-Marie
Blog de Le Pout
Blog de Catherine

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email