Elle est pas belle la vie ...

Omet ... comme des montagnes russes

Mardi 19 novembre 2019

 

Enfin une belle journée où nous profiterons du soleil et du ciel bleu ! C'est la petite commune d'Omet qui nous accueille aujourd'hui : 304 habitants, entourée de vignobles et de châteaux viticoles. Le thermomètre affiche un petit -2° au lever du jour mais le parking regroupant la mairie, l'église et le monument aux morts a été pris d'assaut par 23 marcheurs et ... un chien habitué à suivre les randonneurs.

Lire la suite...

Quelques info plus tard ...

... nous démarrons sans trop tarder, par la route ensoleillée offrant une belle vue sur le vallon

Après avoir traversé Donzac, nous virons à droite, descendons vers le bois ...

... filons sur un chemin humide à travers vignes et prairies gelées ...

... jusqu'à l'heure de la pause (toujours en compagnie du chien!).

C'est ensuite par le chemin humide à travers bois que nous rejoindrons la route empruntée un peu plus tôt ...

... pour effectuer la deuxième boucle qui va nous conduire au château de Benauge. Le Château occupe une position stratégique. Au sommet d’une colline de 122m d’altitude, un des points culminants de la Gironde, il surveille les voies de communication N/S et E/O. De l’époque gallo-romaine rien de certain ne nous est parvenu, mais sa position dominante et la résurgence d’un cours d’eau souterrain laissent à penser que cet emplacement a été utilisé dès la protohistoire. Au cours des siècles, il a servi de refuge aux populations locales, ce qui explique l’importance de la double enceinte fortifiée. Il s’agit là d’un rare exemple de forteresse du XIIIe siècle ayant conservé son système défensif pratiquement intact.  Source Site du château de Benauge. Un clic sur le lien suivant Video-Château de Benauge pour voir le petit film tourné avec un drone.

Après avoir dépassé Domingue puis L'Hermitagenous arrivons au pied dudit château ...

... et contournons les remparts.

Nous gagnons ensuite les cabanes des Benauges, un chemin à travers bois puis la route offrant un point de vue sur le monastère du Broussey ...

... route qui nous ramène à notre point de départ après 11km500 dans un magnifique paysage vallonné.

 

d'autres photos à consulter dans l'album

Un grand merci à notre équipe du mardi



Publié à 19:05, le 2 décembre 2019, dans Rando du mardi, Omet 33
Mots clefs :


Saint-Germain-de-Grave ... de coteaux en coteaux

Dimanche 10 novembre 2019

 

Nous n'étions que 13 pour cette virée à Saint-Germain-de-Grave. La météo a encore frappé, nous annonçant la fin des temps pour tout de suite. Comme d'habitude, il en a été tout autrement. Après un voyage sous les eaux, les cieux se sont dégagés pour notre départ, nous laissant en paix toute la matinée. 11km500 de longueur pour un dénivelé de 340m (une petite sortie montagne). Le soleil a fait quelques apparitions ... nous n'en demandions pas tant !

C'est donc sous un ciel encore encombré, que nous prenons le départ de l'église de Saint-Germain-de-Grave ...

Lire la suite...

... déjà le nez en l'air à regarder les grues en pleine migration. Nous les aurons avec nous toute la matinée, les vols se succédant régulièrement. Première difficulté le passage du Galouchey dans les bois de Labarie ... passage rendu glissant par les pluies.

Traversée des vignes aux couleurs automnales et deuxième passage compliqué sur le ruisseau de la Gravette avant d'arriver à l'église de Semens qui ressemble à Notre-Dame de Paris (le toit en plus)

Troisième difficulté qui donna lieu à une chute sans gravité, la descente vers le ruisseau de Mautret et son lavoir (noyé sous les eaux).

C'en est fini des choses désagréables, le reste du parcours, très vallonné ne présente aucune difficulté. Nous remontons vers le château Lafaurie pour cheminer vers les Guyonnets en passant par les hauteurs. En chemin ... sculpture, champignons ...

... et au loin ... l'allée de Malagar et le château de Malromé.

En contrebas de la route, le lavoir des Guyonnets et la passerelle sur ... le Galouchey.

Retour vers Saint-Germain-de-Grave en évitant la passante route et en privilégiant un plan d'eau, un passage en dessous du cimetière ...

... et c'est ainsi que de vignes en vignes, de petits chemins en petites routes, nous arrivons sur le parking de l'église, terminus de la randonnée.

Nous nous sommes quittés ravis de cette belle matinée sous un ciel inattendu ... nous pourrons donc faire canapé tout l'après-midi sans remords ni scrupules !

 

d'autres photos à consulter dans l'album

 

et plus encore avec l'album de Nicole

Merci à Gérard pour le texte et les photos sans oublier sa coéquipière Laurence pour la préparation du circuit et Nicole pour les photos



Publié à 23:10, le 15 novembre 2019, dans Rando du dimanche, Saint-Germain-de-Grave
Mots clefs :


Bourg ... entre Dordogne et coteaux

Mardi 29 octobre 2019

 

Déplacement à Bourg pour cette dernière journée du trimestre. La bonne heure de route, le brouillard, les 19km et les 350m de dénivelé n'ont pas découragé les 22 marcheurs qui se sont retrouvés sur le parking du port ... pas trop près de la Dordogne (grandes marées).

Lire la suite...

Quelques info plus tard sur la ville de Bourg (autrefois Bourg-sur-Gironde) qui se trouve sur la Dordogne et séparée de la Garonne par le Bec d'Ambès ... nous quittons le port pour suivre la route passant devant un lavoir et qui grimpe au château Gros Moulin.

Après avoir traversé une passante départementale, nous attaquons un long cheminement dans les vignes qui ont pris leurs belles couleurs d'automne ...

... la visibilité sera réduite ... dommage pour les points de vue. A proximité le château du Bousquet et son pigeonnier ... Perché sur un promontoire dominant le vignoble, le château du Bousquet arbore fièrement sa superbe demeure de pierre flanquée d’un magnifique colombier. Cette remarquable propriété qui fut acquise en 1960 par la famille Castel, affiche avec orgueil un passé déjà glorieux. En effet, dès le XVIIe siècle, les vins que l’on y produisait s’étaient distingués en se classant parmi les trois premiers crus du vignobles de «Bourges» ...

... une petite route, des prés et des vignes ...

... une montée et nous voici arrivés au moulin de Lansac(lire) ...

... pour la pause. Petite déception ... le musée est fermé alors que nous avions prévenu de notre passage.

Une côte plus tard (et pas que pour les voitures le frein !!!) ...

... nous traversons le bourg de Lansac où la boîte à livres a eu beaucoup de succès.

Passage par l'église (fermée) ...

... des vignes encore et toujours ...

... jusqu'au château de Viens.

Petit arrêt pour attendre les retardataires ...

... et nous atteignons Mombrier. Le lavoir et sa source ...

... l'église (fermée elle aussi) ...

... et c'est par la route que nous arrivons à Samonac pour la pause repas. Nous y retrouvons Chantal et François ainsi que Mary et sa famille.

Ici aussi l'église est fermée ...

... et c'est après une bonne heure de repos que nous reprenons la route.

Nous attaquons par une côte dans un chemin raviné par les pluies récentes ...

... récupérons, arrivés sur du plat ...

... traversons plus loin la propriété du château Rousset jadis château fortifié, propriété de différentes familles dont les de Mosnier, magistrats bordelais, propriétaires pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, puis passa dans la famille des de Maniban jusqu’à la révolution. Les constructions actuelles ont conservé peu de traces de l’ancien château et en 1850, il devint la propriété de Monsieur Sonder, classé comme l’un des meilleurs crus du Bourgeais et le premier cru bourgeois de Samonac, produisant alors plus de 150 tonneaux ....

... puis le hameau de Tourteau ...

... et enfin Beaulieu. Château Beaulieu est un domaine viticole, situé au milieu d’un vallon couvert de vignes et de bois sur la commune de Samonac. Au centre de la propriété, se trouve une magnifique chartreuse bordelaise qui fût bâtie au XVIII siècle par une famille de notaire. A la fin du XIXème siècle, le château Beaulieu devient la propriété d’Emile Maufras. Il écrivit en 1904 une histoire de Bourg sur Gironde où il découvrit dans le vignoble une hâche en pierre polie et de la poudre de flèches datant du Néolithique. C’est en 2009 que Jodocus et Annick Boomsma restructurent le vignoble, restaurent et modernisent les chais pour en faire le domaine actuel. Les vignes sont plantées sur des coteaux et sont orientées plein sud bénéficiant ainsi d’un micro-climat, du fait de sa situation au creux du vallon elles sont ainsi protégées des vents et des intempéries.

C'est ensuite par une petite route calme offrant de très beaux points de vue ...

... que nous arrivons au château de La Grave ... "Une histoire de famille DEPUIS PLUS D’UN SIÈCLE. Depuis son acquisition en 1910, 4 générations de vignerons se sont succédées au sein de la famille BASSEREAU. Propriété de 50 ha dont 45 ha de vignes, le château a été construit au XVI° siècle dans le style médiéval et entièrement restauré au début XIX°s"...

... où nous posons pour la photo.

Nous descendons par l'allée goudronnée pour mieux remonter et profiter de la vue colorée sur le château ...

... arrêt au point de vue où un peu de lecture au sol attend le visiteur curieux ...

... et nous filons à La Libarde où nous sommes attendus pour une visite de la crypte. Cette crypte, située sur les hauteurs de Bourg, au lieu dit Libarde, qui fut une commune jusqu’à la Révolution, est un des rares vestiges de l’église Saint-Saturnin-de-la-Libarde. Bâti principalement au XIe siècle, il ne subsiste aujourd’hui de l’édifice que la partie inférieure des murs et les bases des piliers. Et bien sûr, la crypte demeurée entière sous l’ancien chevet. Elle fut classée monument historique dès 1846. Si, aujourd’hui, on accède à celle-ci par une ouverture en son centre, il n’en a pas été toujours le cas. Autrefois, deux entrées existaient au niveau des bas-côtés. La crypte se présente avec une nef centrale, deux collatéraux et une abside en cul-de-four. Un arc en plein cintre sépare la nef de l’abside. Trois piliers de chaque côté, dont un quadrilobé, rythment la nef. Ils sont surmontés de chapiteaux présentant plusieurs thèmes. Dès 1847, des travaux de restauration de la crypte ont été réalisés afin d’en assurer la conservation et l’assainissement du lieu. Par la suite, un entretien régulier a permis progressivement de ralentir la dégradation du monument. Mais petit à petit, l’humidité a fait apparaître des moisissures. L’ancien cimetière, qui s’étendait au sud et à l’ouest de la crypte, a conservé son enceinte et a été classé en 1965, ainsi que les vestiges de l’église. Des travaux de restauration ont été effectués depuis.

La visite terminée nous regagnons Bourg ...

... et le musée pour une visite insolite en compagnie d'un guide passionné et passionnant où tout commencera avec l'histoire mouvementée de la Citadelle de Bourg. Puis nous descendrons au pied de la citadelle pour accéder à la plus grande des cuves à pétrole intacte (70m de long), reviendrons au Musée pour un descriptif détaillé du fonctionnement, de l'utilisation des cabriolets, coupés ... et pour terminer emprunterons le souterrain cavalier qui conduit à une des cuves détruite.

  • Les cuves à pétrole, uniques en Aquitaine, ont été aménagées dans d’anciennes carrières de pierre dans les années 1940 sur des projets français récupérés par les Allemands installés sur place. Au total, 7 cuves sont réalisées. La contenance est de 14 000 m3. En août 1944, l’intérieur des cuves sera aussi dynamité afin de détruire les stocks de carburant.
  • En 1972, à Saint-Seurin-de-Bourg, M.Abel Rabotin restaure et entretient son importante collection de voitures hippomobiles, de selles ainsi que de harnais.
 L’extraordinaire variété des créations (break, cabriolets, coupés, omnibus) n’a d’égale que la grande diversité des accessoires qui rassemblent des harnais, des selles, des brides, des mors et de nombreux autres objets. A son décès, la commune de Bourg, avec l’aide du Fonds Régional d’Acquisition pour les Musées, achète ce patrimoine local aux enfants de M.Rabotin.
  • Le souterrain cavalier fut réalisé à la demande du Duc d’Epernon au XVIème siècle. Il permettait de relier le port de Bourg à la Citadelle tout en étant protégé dans le cas d’un assaut et de faire transiter des marchandises dans et hors de la Citadelle à l’abri des regards indiscrets. Ce sont les chevaux qui remontaient les livraisons à travers ce souterrain et qui lui valent le nom de “souterrain cavalier”.

toutes les photos et info sont à voir dans l'album

La visite terminée, nous effectuerons un petit tour rapide de la ville : point de vue sur la Dordogne depuis la terrasse, descente au lavoir ...

... un coup d'œil sur la maison mauresque : elle fait partie des curiosités de la ville de Bourg. Pittoresque, de par son architecture, elle date du XIXe siècle du côté Dordogne et du XVIIIe siècle du côté rue. Il est très étonnant de trouver un tel édifice au style oriental au milieu de la petite ville girondine. Ce serait l'œuvre d'un homme vivant dans les colonies, qui, de retour à Bourg, aurait décidé de modifier la façade de sa maison pour perpétuer son rêve d'exotisme.

Retour aux voitures en même temps que la marée montante et le soleil couchant !

Un grand merci à Gérard et Dominique pour ce beau circuit vallonné et les deux intéressantes visites proposées

 

retrouvez encore plus de photos dans l'album

 

par une belle journée ensoleillée et pour vous faire profiter de tous les points de vue que vous avez ratés ... un clic sur l'album 



Publié à 18:45, le 5 novembre 2019, dans Journee entiere, Bourg Gironde
Mots clefs :


Balade à Croignon

Jeudi 24 octobre 2019

 

16 courageux marcheurs pour ce court déplacement à Croignon et 5km pour cette balade tranquille. Malgré le ciel gris et les averses, le moral est resté au beau fixe. Nous avons démarré du restaurant le Petit Nice ...

Lire la suite...

... emprunté des chemins creusés d'ornières et transformés en rus, traversé le Gestas ...

... et fait une découverte pour le moins surprenante !!!

C'est à la sortie du bois que nous faisons la pause ...

... avant de retrouver le bitume et croiser une cavalière en promenade : elle nous a expliqué qu'elle avait recueilli 2 chevaux abandonnés dont cette jument âgée de 25 ans un peu craintive ... une belle histoire qui se termine bien.

C'est sous l'averse et bien trempés que nous terminons la randonnée.

 

d'autres photos à voir dans l'album

Merci à Monique et Michel qui ont préparé le circuit par une journée ensoleillée ...



Publié à 23:45, le 28 octobre 2019, dans Balade du jeudi, Croignon
Mots clefs :


Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Périgueux

Dimanche 13 octobre

Circuit de la Ville gallo-romaine

 

Nous nous sommes tous retrouvés sur le parking des bords de l'Isle ...

... avant de gagner la place de la cathédrale et démarrer le circuit d'environ 2km500.

Nous découvrirons au fil des rues (Sources Plaquette Périgueux Tourisme) :

  • l'amphithéâtre : achevé vers 80 après JC, il était un des plus importants de Gaule, pouvant accueillir jusqu'à 18000 spectateurs. Les vestiges de gradins (la cavea) et des couloirs d'accès se reconnaissent encore dans le secteur nord. Transformé en forteresse comtale au Moyen-Âge, puis intégré dans l'enceinte d'un couvent au XVIIe, il devient jardin public à la fin du XIXe.
  • le mur d'enceinte : au IVe siècle, la ville se replie dans un rempart long de 950m, renforcé par 24 tours dont 8 sont encore visibles. L'amphithéâtre transformé en bastion compose au nord une partie de cette muraille. L'enceinte fut construite avec les blocs démontés des grands monuments. Des 3 portes de la muraille, la Porte Normande est encore visible, la Porte de Mars est enfermée dans un espace privé et la Porte Romaine n'existe plus.
  • la Maison d'Angoulême : au Moyen-Âge, l'enceinte romaine sert de soubassement aux maisons de chevaliers. L'une de ces maisons fortes, la maison de la famille d'Angoulême est proche du château comtal installé sur l'amphithéâtre antique. De forme rectangulaire, 20m de long sur 8,5m de large, elle s'élève sur 2 niveaux, comportant chacun une salle.
  • le château Barrière : la maison des chevaliers Barrière est composée de 3 parties. La tour défensive (22m de haut) est construite au XIIe sur l'une des tours du rempart antique. Le corps de logis central construit au XVe fut agrandi au XVIe sur le côté nord. Il est en partie détruit pendant les guerres de Religion.
  • Vesunna site du Musée gallo-romain : dans une architecture audacieuse de Jean Nouvel, le site présente les origines romaines de Périgueux sur les vestiges d'une villa gallo-romaine, la Domus de Vésone. D'exceptionnelles collections archéologiques, complétées de maquettes, racontent la ville antique et les modes de vie de ses habitants, les Pétrucores.
  • la tour de Vésone : ce monument exceptionnellement conservé en élévation (24,50m) est la partie sacrée (cella) d'un temple dédié à la déesse Vésunna au début du IIe. Ses murs étaient recouverts de marbre à l'intérieur comme à l'extérieur. Vers l'est, la brèche correspond à l'emplacement de la porte qui faisait face à l'escalier monumental permettant aux fidèles d'accéder à la galerie périphérique.
  • la rue romaine : sous la rue se trouvait l'une des portes d'entrée de la ville de l'Antiquité tardive, la Porte Romaine. Dans le square, en contrebas, on voit les restes d'une courtine large de 8m à l'origine. Côté intérieur on reconnait les blocs des anciens monuments, en particulier les fûts de colonnes cannelées qui ont servi à la construction du mur.
  • l'église de la Cité : première cathédrale de Périgueux, cet édifice est considéré comme l'église mère des églises à coupoles du Périgord. Lors des guerres de Religion au XVIe, le clocher et  2 des coupoles sont détruits. Depuis il n'en reste plus que 2. Au XVIIe, le siège épiscopal est transféré à l'église St-Front qui devient alors cathédrale.   

... ainsi que d'autres curiosités.

retrouvez tous ces monuments et les info dans l'album

Nous avons terminé cette belle journée autour d'un pot. Nous avons passé un agréable weekend et profité d'une chaleur encore estivale pour ce mois d'octobre. Un très grand merci à Jean-Michel et Philippe pour le choix des circuits, pour nous avoir fait découvrir ce coin de Dordogne proche de chez nous et que nous ne connaissions pas vraiment.



Publié à 23:11, le 27 octobre 2019, dans Rando weekend, Périgueux
Mots clefs :


Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Cubjac

Dimanche 13 octobre

Boucle des Quatre Paroisses 12km500

Sur le causse de Cubjac

 

Ce matin, tout le monde s'active au rangement et nettoyage de son mobilhome. A 9h l'inspection du dernier étant terminée ...

Lire la suite...

... nous prenons la route pour Cubjac. Environ un quart d'heure de route plus tard, nous nous garons sur la place du Foirail en bordure de l'Auvézère au pied du pont.

Jean-Michel nous parlera de l'Auvézère : sur la commune de Cubjac, une partie des eaux de l'Auvézère disparaît au gouffre du Moulin des Soucis pour rejoindre l'Isle quatre kilomètres au nord-ouest, à Saint-Vincent-sur-l'Isle au Saut du Brame par un siphon très profond. (Panneau à lire dans l'album)

L'heure est déjà bien avancée lorsque nous quittons le village ...

... pour atteindre les chemins du causse où les habitations se font plutôt rares !

C'est sur ce chemin caillouteux traversant des prairies aux chevaux ...

... que nous rencontrons ce cheval, paisible en apparence mais qui avait mis à sac sa clôture ! Il a décidé de perturber le groupe, galopant un peu n'importe où et n'importe comment en lançant quelques ruades. Merci à Jean-Michel qui a su le calmer ce qui nous a permis de passer tranquillement et de nous éloigner le laissant à sa liberté éphémère.

Le chemin s'enfonce ensuite dans la forêt où nous croisons la route bruyante de pilotes de motocross ...

... que nous avons dû perturber car nous avons fait la pause sur une partie de leur terrain de jeu !

Le signal du départ étant donné, nous reprenons notre cheminement mais ... où est passé le reste du groupe ???

Bien sûr ... l'appel des champignons a été le plus fort ! Petite pause ensoleillée arrivés à Balaurand ...

... où certain(e)s se sont livrés à un drôle de manège que je me garderai bien de dévoiler !!!

Nous traversons les hameaux de Balaurand et La Claud ...

... récupérons le sentier balisé en forêt ...

... passant au pied de palombières et postes de chasse.

Petit arrêt entre le bois clôturé et celui où la cueillette des champignons est interdite ...

... avant de descendre sur la route.

Il nous reste quelques mètres à parcourir pour regagner Cubjac ...

... et profiter d'un grand moment de détente ... je crois que tout le monde était content de se poser et a mangé de bon appétit !

Il est temps maintenant de regagner Périgueux ... la journée n'est pas terminée.

 

d'autres photos à découvrir dans l'album



Publié à 21:30, le 27 octobre 2019, dans Rando weekend, Cubjac
Mots clefs :


Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Antonne-et-Trigonant

Samedi 12 octobre

Boucle le Roi des Chauzes par la Croix du Rat

Distance 12km500 _ dénivelé positif 199m _ dénivelé négatif 207m

 

Départ du camping en voiture ...

Lire la suite...

... pour un court déplacement jusqu'au château des Bories où nous retrouvons avec beaucoup de plaisir Anita et Bernard. Ce château dont la construction commença en 1497 pour Jeanne de Hautefort (veuve de Jean de St-Astier et dont le père a été maire de Périgueux de 1430 à 1461) est un mélange de styles. Médiéval avec un logis à 3 niveaux encadré de mâchicoulis et Renaissance avec ses nombreuses fenêtres. Le château est entouré de douves autrefois alimentées par l'Isle. La construction a été achevée en 1604 par Henri de St-Astier. Il fut assiégé plusieurs fois pendant les guerres de religion et la Fronde. Depuis 1910 le château appartient à la famille LARY DE LATOUR. Il est classé MH.

Nous quittons le parc du château pour traverser la départementale puis le hameau des Brandes et suivre une petite route qui devient ... chemin ...

... longue et agréable traversée de la forêt entre pins et châtaigniers ... où chacun a pu tout à loisir remplir ses poches de ... châtaignes et plus encore pour les ramasseurs de champignons !

Nous arrivons à la croix du Rat pour la pause. Ici point de croix (et encore moins de rat !) mais de nombreuses voitures (chasseurs, marcheurs et ramasseurs de champignons).

Carrefour de nombreux chemins balisés ...

... nous poursuivons (pour un AR) jusqu'au château Lanmary, château féodal et Renaissance construit entre le XIIe et XVIIe siècle. Il est situé au cœur d'une forêt domaniale de 900ha. Il a la forme d'un carré ouvert, flanqué d'une tour ronde aux extrémités. Il est transformé en HEPAD. Il était autrefois un Préventorium (historique)

Revenus sur le chemin ...

... nous croisons la route d'un pèlerin belge parti d'Anvers il y a quelques mois (étape à Périgueux ce jour) ...

... traversons plus loin un camping forestier appelé Huttopia, site développé en association avec l'ONF...

... puis une départementale. C'est un peu plus loin, au bout d'une grimpette que nous découvrons le "Trône du Roi des Chauzes"(descriptif détaillé). Le rocher a été taillé par l'homme. On y trouve cupules, banquette ou marchepied, siège, accoudoirs et même la gravure d'un pied humain. Il est orienté plein est en direction d'un autre rocher qui rappelle la forme d'un menhir. C'est un poste d'adoration et d'observation du soleil au solstice d'hiver le 21 décembre, fête païenne déplacée de nos jours à Noël.

Revenus sur nos pas, nous nous attaquons à la grimpette suivante qui conduit au "Rey des Chauzes" objet de vénération pour les Gaulois ...

... pour la pause ...

... et la vue sur le château de Lanmary.

Plus loin, nous ferons un nouvel arrêt au "Cluzeau Borie Belet" souterrain-refuge et silos. Ce lieu a servi de campement à une population de l'âge préhistorique, à l'époque de la pierre polie (agriculture, élevage, sédentarisation ... - 8000 ans). Débris de poterie de l'époque Gauloise mais l'existence de ce souterrain serait bien antérieure. Quelques uns d'entre nous sont descendus mais n'ont pu progresser très loin ...

... sortis du bois, nous avançons sur une large piste ...

... que nous quittons pour la route passant devant le site (cimetière) des sarcophages mérovingiens datés des années 500 à 600 après JC (période de Clovis).

Route puis piste, chemin entre bois et champ ...

... un chemin forestier caillouteux ...

... et nous voici arrivés au hameau de La Peyre où nous avons poireauté un certain temps ... pour une histoire de champignons trop longue à raconter !

Enfin repartis, nous avons descendu un chemin caillouteux ...

... pour mieux remonter vers Les Brandes ...

... et regagner le parking du château où nous dirons au revoir à Anita et Bernard.

Retour au camping où un pot sera le bienvenu avant une douche bien méritée ...

... courte balade aux alentours vers les bords de l'Isle et une ferme où nous avons croisé un veau en balade ! ...

... puis apéro suivi du repas dans le restaurant du camping ... repas correct et bonne ambiance.

Il est l'heure d'aller dormir ... demain 9h inspection des mobilhomes avant de prendre la route pour Cubjac.

 

retrouvez d'autres photos dans l'album



Publié à 18:15, le 26 octobre 2019, dans Rando weekend, Antonne-et-Trigonant
Mots clefs :


Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Périgueux

Vendredi 11 octobre

Circuit de la vieille ville Médiévale et Renaissance

 

Nous partons tôt dans la matinée pour gagner Périgueux. 1h30 de route plus tard, nous nous garons sur le parking situé au pied de la cathédrale St-Front, où nous retrouverons le groupe à 15h. Après une petite pause café et plan en main, nous partons à la découverte de la ville.

Périgueux est la capitale culturelle et touristique du Périgord blanc, dans la vallée de l'Isle. Reconnue ville d'art et d'histoire depuis 1985, Périgueux possède 44 monuments historiques inscrits ou classés, et trois musées labellisés Musées de France, dont deux municipaux.

Nous démarrons de la cathédrale St-Front que nous visiterons en dernier. Les toits de la cathédrale Saint-Front de Périgueux sont accessibles aux visiteurs. Ils ont été inaugurés le 6 juin dernier après validation de la commission de sécurité.

La ville médiévale: Sa singularité provient de sa composition autour de deux centres clos, la Cité et le Puy Saint-Front, autour desquels se développent des faubourgs. Le secteur sauvegardé offre une idée de cet entrelacs de ruelles, avec ses maisons de bois et ses hôtels particuliers en pierre. La zone protégée, créée en 1970 s’étend sur plus de 20 hectares et concerne le Puy Saint-Front dans son secteur piétonnier, la rue Limogeanne et l’ensemble des ruelles autour de la Tour Mataguerre.  Source Histoire de la ville de Périgueux

Pour le tour de ville, nous avons adapté 2 circuits : celui de l'OT et celui de Caruso24 (plus détaillé) complémentaires. La balade balisée de 5km emprunte un dédale de petites rues pavées, à escaliers ... débouchant sur de nombreuses petites places souvent arborées. Nous avons arpenté en long, en large et en travers cette partie de ville au patrimoine riche et varié. Puis après une pause à l'excellente crêperie "Crêpes et Dentelles" direction la cathédrale avant l'arrivée du groupe.

Enfin au complet, nous partons (re)faire le tour de ville puis la visite de la cathédrale. Un pot sera le bienvenu avant de rejoindre notre point de chute : le camping "Le Bois du Coderc" à Antonne et Trigonant. Bien installés, il sera déjà l'heure de l'apéro puis de gagner nos mobil-homes pour la nuit.

 

retrouvez les photos et info dans l'album



Publié à 17:15, le 25 octobre 2019, dans Rando weekend, Périgueux
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 7 } { Page suivante }


Qui suis-je ?


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums


«  Décembre 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Rubriques


Accueil
AG
Balade du jeudi
Choraleurs
Cotentin
Court sejour
Divers
Journee entiere
Long sejour
Rando du dimanche
Rando du mardi
Rando galette
Rando repas
Rando urbaine
Rando weekend
Randonnee nocturne
Sortie montagne
Sortie raquettes
Telethon

Derniers articles


Bienvenue sur notre blog de randonnée
Omet ... comme des montagnes russes
Saint-Germain-de-Grave ... de coteaux en coteaux
Bourg ... entre Dordogne et coteaux
Balade à Croignon
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Périgueux
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Cubjac
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Antonne-et-Trigonant
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Périgueux
Saint-Maixant ... entre Garonne et coteau
Loupes ... entre bois et vignes
Vignonet ... en longeant La Dordogne
Gujan-Mestras ... du port de La Hume au port de Larros
Balade à St-Médard-d'Eyrans
Weekend Cantal à Montgreleix-Cézallier du 13 au 15 septembre 2019

Sites favoris


Blog Anne-Marie
Blog de Le Pout
Blog de Catherine
Boîtes à lettres1
Boîtes à lettres2

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Visiteurs