Elle est pas belle la vie ...

Saint-Germain-de-Grave ... de coteaux en coteaux

Dimanche 10 novembre 2019

 

Nous n'étions que 13 pour cette virée à Saint-Germain-de-Grave. La météo a encore frappé, nous annonçant la fin des temps pour tout de suite. Comme d'habitude, il en a été tout autrement. Après un voyage sous les eaux, les cieux se sont dégagés pour notre départ, nous laissant en paix toute la matinée. 11km500 de longueur pour un dénivelé de 340m (une petite sortie montagne). Le soleil a fait quelques apparitions ... nous n'en demandions pas tant !

C'est donc sous un ciel encore encombré, que nous prenons le départ de l'église de Saint-Germain-de-Grave ...

Lire la suite...

... déjà le nez en l'air à regarder les grues en pleine migration. Nous les aurons avec nous toute la matinée, les vols se succédant régulièrement. Première difficulté le passage du Galouchey dans les bois de Labarie ... passage rendu glissant par les pluies.

Traversée des vignes aux couleurs automnales et deuxième passage compliqué sur le ruisseau de la Gravette avant d'arriver à l'église de Semens qui ressemble à Notre-Dame de Paris (le toit en plus)

Troisième difficulté qui donna lieu à une chute sans gravité, la descente vers le ruisseau de Mautret et son lavoir (noyé sous les eaux).

C'en est fini des choses désagréables, le reste du parcours, très vallonné ne présente aucune difficulté. Nous remontons vers le château Lafaurie pour cheminer vers les Guyonnets en passant par les hauteurs. En chemin ... sculpture, champignons ...

... et au loin ... l'allée de Malagar et le château de Malromé.

En contrebas de la route, le lavoir des Guyonnets et la passerelle sur ... le Galouchey.

Retour vers Saint-Germain-de-Grave en évitant la passante route et en privilégiant un plan d'eau, un passage en dessous du cimetière ...

... et c'est ainsi que de vignes en vignes, de petits chemins en petites routes, nous arrivons sur le parking de l'église, terminus de la randonnée.

Nous nous sommes quittés ravis de cette belle matinée sous un ciel inattendu ... nous pourrons donc faire canapé tout l'après-midi sans remords ni scrupules !

 

d'autres photos à consulter dans l'album

 

et plus encore avec l'album de Nicole

Merci à Gérard pour le texte et les photos sans oublier sa coéquipière Laurence pour la préparation du circuit et Nicole pour les photos



Publié à 23:10, le 15 novembre 2019, dans Rando du dimanche, Saint-Germain-de-Grave
Mots clefs :


Loupes ... entre bois et vignes

Dimanche 6 octobre 2019

 

Malgré une matinée grise et tristounette, nous avons envahi le parking de l'église St-Etienne de Loupes. Cette petite commune de 775 habitants (2016) rattachée à la Communauté de Communes du Créonnais, est entourée par les communes de Bonnetan, Lignan-de-Bordeaux, Lorient, Croignon et Le Pout. A noter que la commune n'a pas vraiment de centre bourg et que la mairie et l'église se trouvent assez éloignées des habitations. C'est Andrée et Alain, Loupésien d'adoption qui conduiront  les 31 marcheurs présents, sur les routes et chemins des communes environnantes.

Lire la suite...

Nous commençons par longer la propriété de Rocheran pour gagner ensuite un chemin tranquille en sous-bois ...

... qui débouche et se faufile à travers des prairies clôturées, jusqu'à une route.

Nous virons à droite puis à gauche "Allée du Violon"... beau point de vue sur le château La Loubière ...

... puis à droite "Allée du Pas Douen" ... jusqu'à un chemin coupant à travers bois et bambous.

Nous alternons ensuite routes et chemins ...

... jusqu'à l'heure de la pause.

Cheminement en sous-bois pour gagner une route offrant un beau point de vue sur le château de Camarsac, les chais et le pigeonnier ...

... puis petit arrêt devant un très vieux chêne au tronc énorme, avant de gagner les vignes.

Le ciel menaçant nous a apporté un peu de pluie par intermittence ...

... et après une belle descente au fond d'un vallon ... qu'il a fallu remonter ...

... nous approchons tranquillement de l'arrivée.

Encore un dernier effort ...

... et nous voici de retour à Rocheran, côté prairies où trône un magnifique pigeonnier.

Un grand merci à Andrée et Alain pour cet agréable circuit

 

plus de photos dans l'album



Publié à 01:05, le 8 octobre 2019, dans Rando du dimanche, Loupes
Mots clefs :


Léogeats ... c'est la rentrée !

Dimanche 1er septembre 2019

 

Une reprise en douceur pour 24 marcheurs ... et c'est le village de Léogeats qui nous accueille en cette matinée grise. Situé à l'extrémité sud-ouest du canton de Langon, il assure la transition entre le vignoble prestigieux de Sauternes et la Lande girondine. Constitué de hameaux distants, qui abritent 720 habitants, le village retrouve son unité autour du bourg marqué d'un habitat ancien agréablement restauré. Calme, paisible, accueillant, Léogeats est au coeur d'un important réseau de chemins de randonnées qui donnent l'occasion de découvrir son petit patrimoine, la qualité de son paysage, naturel et sauvage. Site commune.

C'est sur la place du village que nous nous retrouvons, en forme après ces longues vacances ...

Lire la suite...

... nous avions tant de choses à raconter que nous avons même largement dépassé l'heure de départ ! Un peu de route pour gagner le chemin herbeux en forêt, traverser le petit ruisseau où nous ne risquons pas la noyade (à sec la semaine précédente) ...

... retraverser une route, suivre un autre chemin ombragé ...

... et faire une courte pause au lavoir de Fonfrède (alimenté par le ruisseau du Moulin).

Agréables chemins ombragés et traversées de coquets hameaux tranquilles vont se succéder ... La Bernède (Léogeats) ...

... puis La Saubotte (Noaillan) ...

... jusqu'à notre arrivée à Noaillan (c'est la fête au village) pour la pause.

Nous sommes attendus pour une visite de l'église. Élevée à la fin du XIe siècle, l’église romane a subi de nombreuses transformations. Son histoire est étroitement liée à celle du château qui la jouxte. Elle est ainsi, durant quelques siècles, une chapelle castrale placée sous la protection de Saint-Michel. C’est durant cette période notamment que le clocher actuel est bâti (XIVe siècle) et qu’une entrée privée est ouverte (à l’intérieur, visible derrière l’actuel autel de la vierge) Elle ne devient église paroissiale qu’au milieu du XIXe siècle et est baptisée à cette occasion église Saint-Vincent. L’intérieur de l’église s’organise de manière simple : une nef adjointe de deux bas-côtés et terminée par un chevet comprenant une abside centrale, sur laquelle aboutit la nef et abritant l’autel et deux absidioles sur lesquelles aboutissent les bas-côtés. Dans l’abside centrale, derrière l’autel, on relève un riche décor architectural avec, entre autre, dix colonnes reliées entre elles par des arcatures et surmontées de chapiteaux sculptés. Trois des chapiteaux sont plus anciens et présentent un décor plus riche composé d’animaux fantastiques ou de sirènes. L’ornementation de l’église, autrefois riche, est aujourd’hui épurée. L’église bénéficie d’une rénovation de septembre 2017 à mars 2018 : réfection de la toiture, rénovation du clocher mur, des menuiseries et des vitraux. L'intérieur de l'édifice est en mauvais état et abrite un hôte indésirable ... une chouette qui cause pas mal de dégâts !!!

... portail d'entrée originel et porte menant au clocher, avril 2013 (rando faite avec CF au départ de Noaillan).

Nous quittons Noaillan en retraversant la place ...

... et c'est par la route que nous gagnons l'aire d'Antonion et le Ciron pour un long cheminement le long de la berge.

Nous le traversons une première fois ...

... puis une deuxième, après un long cheminement dans une très belle pinède où fleurissent les bruyères ...

... et juste avant d'arriver à Léogeats. Une petite pause avant d'attaquer l'unique grimpette de tout le circuit ...

... qui nous hisse à l'église. Entourée de son petit cimetière, l’église romane Saint-Christophe, XIIIe siècle, classée le 24 décembre 1925, est située à l’extrémité de l’éperon rocheux dominant la vallée du Ciron. Elle a pu servir d’ouvrage de défense, comme l’illustre un hourd surmontant le portail ouest. Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, ainsi qu'une partie de son mobilier. Tentant de grimper au clocher ...

... nous serons trois à monter pour profiter de la vue ... sur les toits et les cloches. La plus petite, datant de 1634, classée en 1942, est la plus ancienne de la région ; la plupart des cloches furent fondues à la Révolution, celle-ci, de petite taille a pu y être soustraite. Elle comporte les inscriptions suivantes : PARRINS PIERRE LOBIS LEVIEVY MARCHAND, JEANNE BERBIEN MARRINE DAMOISELLE. SAINT-CHRISTOPHE-DE-LAUGEAT 1634. La plus importante date de la fin du XIXe siècle sous le pontificat de Léon XIII (Mgr Donnet, Cardinal Archevêque de Bordeaux).

Redescendus sur la terre ferme, nous rejoignons le reste du groupe restant pique-niquer. Nous aurons le temps de terminer le repas avant l'arrivée de la pluie.

 

plus de photos à voir dans l'album

Merci à Roland, Gérard et Dominique pour cet agréable circuit.



Publié à 10:40, le 6 septembre 2019, dans Rando du dimanche, Leogeats
Mots clefs :


Sainte-Terre ... par une journée caniculaire

Dimanche 2 juin 2019

 

Les journées se suivent mais sont loin de se ressembler! Si les jours précédents nous avions encore besoin de porter une petite laine ce ne fut pas le cas aujourd'hui. Le soleil a brillé et le thermomètre atteint les 33° (jusqu'à 35° par endroit) pour le plus grand bonheur des 26 marcheurs réunis à Sainte-Terre, village de pêcheurs situé rive droite de la Dordogne et déclarée "Capitale Mondiale de la Lamproie" depuis 1990.

Lire la suite...

Départ de l'église Saint-Alexis : de fondation romane, elle date du XIIe siècle, l'édifice est agrandi et restauré au XVIIIe et XIXe.

C'est par la route passant devant un lavoir bien entretenu et fleuri ...

... que débute notre cheminement vers les bords ombragés de la Dordogne : de belles maisons, des arbres gigantesques, des points de vue sur la rive gauche ...

... et Civrac-sur-Dordogne.

Nous quittons ici le cours tranquille du fleuve pour retrouver la terre ferme, ses champs cultivés (blé, maïs ...) à perte de vue que nous traversons ...

... pour gagner un chemin ombragé, l'endroit idéal pour une petite pause méritée.

Repartis d'un bon pas ...

... nous croisons un troupeau de quelques vaches à petites cornes ...

... puis plus loin des chevaux.

Entre les arbres, nous apercevons Saint-Emilion sur la hauteur ...

... puis passons près de deux plans d'eau ...

... avant de regagner Sainte-Terre et d'admirer les belles maisons de la rue qui traverse le village.

Nous serons 24 à rester pour le pique-nique. Après moultes hésitations sur notre point de chute, c'est à la plage de Sainte-Terre que nous nous retrouvons ...

... où nous verrons passer la gabare "La Lamproie" et ses passagers attablés.

Nous avons fait longue table et bien papoté ... la journée était déjà bien avancée quand nous avons regagné nos pénates. Merci aux copines qui avaient préparé toutes ces délicieuses pâtisseries !

 

retrouvez d'autres photos dans l'album

Un grand merci à Andrée, Monique et Philippe pour cet agréable circuit.



Publié à 23:00, le 5 juin 2019, dans Rando du dimanche, Sainte-Terre
Mots clefs :


Randonnée nature à Bazas

Dimanche 12 mai 2019

 

Retour à Bazas par une belle matinée ensoleillée mais fraîche pour 22 marcheurs regroupés sur le parking des "allées des tilleuls". Au programme : une visite rapide et commentée de la ville par Andrée et Nicole suivie d'un circuit de randonnée découvert par nos guides.

Lire la suite...

C'est par le lycée Anatole de Monzie que débute notre déambulation dans les rues de Bazas : ancien séminaire des Barnabites construit au XVIIe siècle; utilisé comme prison durant la Révolution, sous le Consulat et l'Empire; devient collège diocésain de 1828 au 1er février 1907; une école primaire supérieure de jeunes filles a ouvert le 10 octobre 1910; depuis 1960, les bâtiments abritent un lycée d’enseignement général, technologique et professionnel qui accueille aujourd’hui près de 950 élèves.

Nous arrivons sur la place entourée de maisons à arcades fleuries, d'hôtels particuliers ... où se dresse la cathédrale ...

... nous empruntons ensuite la rue Arnaud de Pontac passant devant l'hôtel du même nom et la cour de l'hôtel de Laboyrie et sa tour hexagonale ...

... la chapelle du couvent des Ursulines et franchissons la porte du Gisquet.

Pour un descriptif plus détaillé des différents monuments et autres curiosités croisés au départ et au retour dans la ville, voir le lien suivant (Bazas en 2015) ...  Bazas ... "cité des vasates"

Nous descendons la rue pavée ...

... passons devant l'ancien hôpital, découvrons un lavoir (bien entretenu) dans une propriété privée et une porte dans un mur ouverte sur l'inconnu.

Un lavoir au loin ...

... des prairies fleuries et champs à perte de vue, des chemins pas vraiment tracés ni entretenus longeant des clôtures, de très rares habitations ou fermes ...

... c'est dans ce paysage bucolique que nous progressons ...

... jusqu'à un plan d'eau inconnu, l'étang Saint-Michel (espace pêche et détente).

L'endroit est idéal pour la pause ... causette, méditation, observation des fleurs ...

... les bonnes choses ayant une fin, il est temps de reprendre notre cheminement dans les hautes herbes ...

... puis un peu de bitume plus tard, nous retrouvons le lac de la Prade que nous connaissons bien (repas février 2016)

Petit arrêt à l'observatoire ... nous ne verrons pas d'oiseaux mais c'est le moment d'observer les orchidées ...

... avant de poursuivre le long du Beuve les pieds parfois dans la boue.

Arrivée à Bazas : arrêt au lavoir et à la fontaine ...

... passage dans les rues étroites aux maisons à pans de bois ...

... retour sur la place ...

... traversée de la halle jusqu'au point de vue sur les jardins du Sultan.

Revenus à notre point de départ, un petit groupe de 12 a pris la route pour le lac de la Prade et un agréable pique-nique ... sur la terrasse du restaurant (fermé pour le moment) et  à l'abri du vent.

Les plus courageuses (et Claude) sont montées à l'observatoire pour y voir des lézards verts ... aux abonnés absents vu l'agitation  ambiante ...

... et personne n'étant pressé de rentrer, c'est aux alentours de 15h30 que nous nous sommes séparés.

 

de nombreuses autres photos sont à découvrir dans l'album

Un grand merci à Monique, Andrée, Nicole et Gérard pour nous avoir fait découvrir des chemins cachés de la campagne bazadaise



Publié à 19:30, le 27 mai 2019, dans Rando du dimanche, Bazas
Mots clefs :


Saint-Emilion ... de châteaux en châteaux chemin faisant

Dimanche 28 avril 2019

 

Belle randonnée en perspective à laquelle il aura manqué un peu de soleil. Et pourtant la matinée avait bien débuté pour les 31 marcheurs réunis sur le parking des écoles ...

Lire la suite...

... puisque le soleil nous a accompagnés dans la courte traversée de Saint-Émilion encore endormi ...

... jusqu'au Haut-Sarpe, ancienne propriété du Comte Jacques Amédée de Carles Lieutenant Général des Armées du roi Louis XVI ...

... le château situé au cœur d’un parc de trois hectares, construit par Léo Drouyn au XIXe et inspiré par le Petit Trianon de Versailles ...

... et le village des vendangeurs, ancien hameau de pierres restauré et son Glou-glou, un curieux endroit qui hésite entre une taverne, un bar et une boîte de nuit.

Après un tour de la propriété et des nombreuses sculptures dispersées dans la nature (album en fin de note) ...

... nous quittons le domaine pour grimper vers le château le Cause. Caché derrière de grands arbres, nous n'apercevrons qu'une petite partie de sa façade donnant sur la route conduisant à St-Christophe-des-Bardes ...

... avec quelques points de vue sur des châteaux et les anciens moulins de Calon (Montagne).

Nous traversons Saint-Christophe-des-Bardes, longeons les vignes du château Fombrauge et grimpons la petite côte ...

... conduisant à l'allée du château Laroque pour la pause.

Le vent frais et les nuages annonciateurs de pluie n'incitant pas à la flânerie, nous gagnons le château Laroque ...

... rejoints par une bruine aussi légère que brève alors que nous atteignons le château de Ferrand.

A proximité de la propriété se trouvent les grottes Ferrand, lieu insolite à découvrir mais que les intempéries de 2017 et 2018 ont fragilisé ... pour tout savoir sur l'histoire du lieu lire ICI .

... puis nous descendrons le vallon offrant un très beau point de vue sur les coteaux.

C'est vers Saint-Laurent-des-Combes ...

... que nous nous dirigeons après être passés devant le château Candale ...

... et où nous attend une grimpette qui nous hisse sur la place de l'église.

Petite pause pour récupérer ...

... avant de se remettre en route ...

... pour gagner le domaine du château Pavie où ce fier cheval de labour n'est venu à notre rencontre que pour nous présenter sa ... croupe !!!

Belle vue sur les coteaux de Saint-Émilion dans la descente sous un rayon de soleil, traversée des vignes de Pavie et château Pavie Macquin ...

... l'arrivée est proche ... et après un dernier effort nous atteignons la Porte Brunet.

Nous suivons la rue pavée plus animée qu'à notre départ, pour regagner le parking.

Un grand merci à Gérard ... "abandonné" pour raison de santé par ses deux camarades ... pour ce beau circuit effectué il y a de nombreuses années et que peu des marcheurs présents connaissaient.

 

retrouvez d'autres photos dans l'album

 

l'album du Haut-Sarpe (reconnaissance du 2 avril 2019)



Publié à 21:55, le 1 mai 2019, dans Rando du dimanche, Saint-Émilion
Mots clefs :


Cessac en passant par Courpiac, Baigneaux et Frontenac

Dimanche 3 mars 2019

 

C'est la commune de Cessac (185hab) qui nous accueille aujourd'hui en cette matinée frisquette. D'aussi loin que remontent mes souvenirs, nous ne sommes jamais partis de ce petit village qui, cependant, dispose de suffisamment de places de parking pour accueillir 30 randonneurs ... bavards et pas très pressés de démarrer !

Lire la suite...

De part et d'autre de la départementale se trouvent la mairie ...

... et l'église St-Barthélémy (autrefois St-Romain) du XIIe.

Nous empruntons la route ...

... qui conduit au lac de Laubesc. Des 2 lacs existant, il n'en reste plus qu'un : la pêche y est réglementée, le ré-empoissonnement géré par la Fédération Départementale de la Pêche et le lac est ouvert aux promeneurs.

Dominant le site, se dresse Le château de Laubesc : Des chevaliers de Laubesc sont mentionnés dès 1277. Initialement barré d’un fossé, le château est alors destiné pour le compte d’un chevalier du vicomte de Benauges. Tour carrée et salle détruite du XIVe siècle. Reconstruction au XVIIIe siècle. Restauration XIXe siècle. La maison noble de Laubesc demeura dans la famille Mélet du XVIe au XIXe siècle, sans doute construite sur une ancienne motte. De la période médiévale subsiste la tour porche gothique, intégrée dans un ensemble remanié au XIXe siècle. Le bâtiment domine le domaine communal des Lacs de Laubesc.

Nous grimpons au belvédère ...

... avant de prendre la direction du lac ...

... et profiter du point de vue sur le château.

A la sortie du site, nous découvrons une source et peut-être un lavoir (en très mauvais état) ...

... quelques enjambées plus tard, nous traversons Courpiac avec un petit arrêt à l'église ...

... où quelques modillons du chevet ont alimenté les conversations !!!

Repartis, nous passons devant les 2 fontaines et leur lavoir ...

... et gagnons les vignes pour une longue déambulation jusqu'à l'heure de la pause.

Aux vignes succèdent d'autres vignes ...

... puis un peu de bitume ...

... jusqu'à notre arrivée à Baigneaux ... ses pigeonniers, son église et autres curiosités.

Après avoir traversé le village et effectué quelques petits mètres sur la départementale, nous récupérons un agréable sentier ombragé ...

... gagnons Bergère et son lavoir ...

... puis Brugier.

Le chemin à travers bois débouche sur la piste cyclable ...

... puis nous suivons l'Engranne jusqu'au moulin de Hauteroque à l'implantation originale car il barre totalement le lit mineur de l'Engranne. Ce moulin à blé est mentionné pour la première fois au XIVème siècle. Il est l'un des plus importants de la vallée de l'Engranne. Relevant de la seigneurie de Laubesc, il est constitué d'un grand logement d'aspect néo-classique. .

C'est par la traversée des anciennes carrières de Frontenac ...

... et quelques mètres de route, que nous regagnons Cessac.

Un petit groupe restera pique-niquer. Nous rentrerons à la maison et profiterons de cette belle après-midi printanière.

 

d'autres photos sont à découvrir dans l'album

Un grand merci à Monique et Gérard pour cet agréable circuit de (re)découverte.



Publié à 23:30, le 6 mars 2019, dans Rando du dimanche, Cessac
Mots clefs :


Saint-Germain-du-Puch ... vignes et châteaux

Dimanche 18 novembre 2018

 

Un petit vent frisquet, du ciel bleu et un soleil éblouissant, telle sera cette matinée passée à Saint-Germain-du-Puch. Un parking pris d'assaut et 36 participants ... cela faisait belle lurette que nous n'avions pas été aussi nombreux ! 12km600 et peu de dénivelé pour ce circuit nature entre vignes et bois, des châteaux que certains (re)découvriront et quelques points de vue.

Lire la suite...

Nous démarrons de l'église, traversons le village pour gagner les vignes ...

... puis suivons une route calme passant devant le château Prince Larquey.

Après avoir bifurqué dans les vignes du château de Crain ...

... nous alternerons routes et chemins ...

... jusqu'à l'heure de la pause au château du Grand Puch.

Nous contournons les chais et après un petit AR pour voir la façade du château côté route ...

... nous reprenons notre cheminement entre vignes, bois ...

... et étroit sentier bien entretenu et emprunté qui se faufile dans les taillis.

Une trouée nous permet d'apercevoir le coq majestueux du château La France ... Haut de 12 mètres et pesant 7 tonnes, le gallinacé est composé de 5 000 plumes reflétant avec bonheur les changements de lumière. Il est l'œuvre de Georges Saulterre, auteur de nombreuses sculptures en France et dans le monde. "Dans son ventre, se trouvent des bouteilles avec des messages de la famille et des enfants, et une clef USB avec des photos. Pour les générations futures…", dévoile Bruno Mottet.   SO du 30.09.2010  ...

... avant de descendre et longer la prairie.

Une portion de route plus loin, c'est sur un tapis de feuilles que nous parcourons la forêt ...

... pour ressortir dans une vaste prairie ensoleillée ... François la relève est assurée !!!

Et c'est par la route que nous regagnons l'église.

 

plus de photos à voir dans l'album

Un très grand merci à Maria, Gérard et Philippe pour ce circuit redécouvert avec beaucoup de plaisir.



Publié à 15:40, le 20 novembre 2018, dans Rando du dimanche, Saint-Germain-du-Puch
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 8 } { Page suivante }


Qui suis-je ?


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums


«  Décembre 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Rubriques


Accueil
AG
Balade du jeudi
Choraleurs
Cotentin
Court sejour
Divers
Journee entiere
Long sejour
Rando du dimanche
Rando du mardi
Rando galette
Rando repas
Rando urbaine
Rando weekend
Randonnee nocturne
Sortie montagne
Sortie raquettes
Telethon

Derniers articles


Bienvenue sur notre blog de randonnée
Téléthon 2019
Balade à Cabara
Omet ... comme des montagnes russes
Saint-Germain-de-Grave ... de coteaux en coteaux
Bourg ... entre Dordogne et coteaux
Balade à Croignon
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Périgueux
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Cubjac
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Antonne-et-Trigonant
Weekend autour de Périgueux du 11 au 13 octobre 2019 / Périgueux
Saint-Maixant ... entre Garonne et coteau
Loupes ... entre bois et vignes
Vignonet ... en longeant La Dordogne
Gujan-Mestras ... du port de La Hume au port de Larros

Sites favoris


Blog Anne-Marie
Blog de Le Pout
Blog de Catherine
Boîtes à lettres1
Boîtes à lettres2

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Visiteurs