Elle est pas belle la vie ...

Bienvenue sur notre blog de randonnée

 

CALENDRIER DES RANDONNÉES ET NOTES DIVERSES

A la demande de quelques adhérents vous trouverez ci-dessous le lien permettant d'imprimer le calendrier des randonnées 2019

CALENDRIER 2eme TRIMESTRE 2019

LETTRE VISITE MÉDICALE

BULLETIN D'ADHÉSION 2018-2019

---------------------------------------------------

 

----------------------------------------------------

L'affichage des notes longues ayant été modifié, pour voir la note en entier il suffit de cliquer sur le lien "Lire la suite ..." situé sous la photo.

Bonne nouvelle: la fonction Diaporama est de retour ! Pour avoir l'accès à cette fonction ...

  • un clic sur l'image ouvre l'album
  • un clic sur les 3 points situés en haut à droite ouvre une fenêtre
  • un clic sur la touche "Diaporama" l'affiche à l'écran
  • pour quitter, un petit clic sur le signe en bas à gauche suffit

 ----------------------------------------------------

Calendrier des randonnées

Notre ancien blog de randonnée mais nouvel hébergeur

un clic sur l'image



Publié à 01:45, le 1 janvier 2020, dans Accueil,
Mots clefs :


Randonnée en chansons avec les Choraleurs ...

Dimanche 7 avril 2019

 

... autour des lavoirs de Camblanes-et-Meynac et Quinsac au départ de la mairie de Camblanes. Nous voici à nouveau réunis, marcheurs et chanteurs, pour un petit circuit de 6km700, émaillés de chants entrainants et variés. Après avoir pris les chemins de traverse contournant le bourg, nous faisons une première halte au lavoir de Fontbonne. Et 4 chansons plus tard c'est le lavoir de Garistoy qui nous accueille au bord du ruisseau le Moulinan. Par le chemin de randonnée et la route nous gagnons ensuite Quinsac et le puits face à l'église où les choraleurs ont mis un peu d'ambiance sur la place du village. La distance est courte pour rallier le lavoir de Sigueyran situé en bordure d'une route passante et bruyante. Et c'est par la côte du vieux chêne que nous regagnons l'église de Camblanes puis le passage couvert pour un sympathique apéro.

Un très grand merci à Philippe et Gérard pour l'organisation sans oublier "les gilets jaunes" garants de notre sécurité et aux Choraleurs pour avoir enchanté cette matinée.

 

retrouvez toutes les photos et vidéos dans l'album

Pour une meilleure qualité d'image, les vidéos sont à voir en HD : pour cela cliquer sur la petite roue en bas à droite, sélectionner 1080 HD ( même grand écran avec le carré à côté). Bonne lecture et à consommer sans modération. Petit souci avec la batterie qui a rendu l'âme quelques secondes avant la fin de la dernière chanson.



Publié à 23:30, le 13 avril 2019, dans Choraleurs, Camblanes-et-Meynac
Mots clefs :


Pauillac ... de châteaux en châteaux chemin faisant

Dimanche 31 mars 2019

 

Nous terminons ce mois de mars en beauté : grâce à une météo qui nous a offert une magnifique journée printanière et surtout grâce à nos guides qui nous ont fait découvrir de somptueuses propriétés tout au long de ce circuit de 16km600.

Tout commence à la capitainerie du port de Pauillac sous le regard du marquis de Lafayette (Marie Joseph Paul Yves Roch Gilbert Motier ... de son vrai nom !) qui embarqua le 25 mars 1777 pour l'Amérique sur le navire "La Victoire" et devint un intime de Georges Washington.

Lire la suite...

Quelques info pour nous situer : nous sommes au bord de l'estuaire le plus vaste d'Europe (75km de long et 12km au plus large) et face à l'île de Patiras (1ère île rencontrée en remontant l'estuaire.  Au XIVe il y avait une léproserie. Au XVIIIe elle servait de lieu de quarantaine pour les navires de provenances lointaines. On y déchargeait les marchandises (laine-coton) pour éviter les contagions. Son phare signale l'île et des visites y sont organisées sur une partie privée où des bâtiments modernes ont été conçus pour des évènements précis. En se retournant, c'est la façade fluviale de la ville qui s'offre à nous avec ses 1km300 de quais et de très belles bâtisses du XVIIIe, XIXe et début XXe, témoins de l'époque florissante de la ville grâce au vignoble.

Nous commençons par longer la rive (gauche) de l'estuaire jalonnée de nombreux panneaux explicatifs et d'où émergent des roseaux les carrelets, petites cabanes de pêche sur pilotis ...

... peu après le lieudit "la Verrerie" où une verrerie à l'activité intense y fut construite en 1775, nous quittons l'estuaire pour pénéter dans le vignoble. Après les défrichements du Moyen-Âge, la culture de la vigne apparait aux XIVe et XVe siècles. Le premier château mentionné fut "Le Mayne de la Tour" aujourd'hui "Château Latour". Au XVIIe, Pauillac n'est qu'un petit bourg autour de son église, entouré de hameaux au milieu d'un paysage de vignes. L'essor du vignoble a lieu au XVIIIe et la ville possède encore aujourd'hui quelques vestiges de ce siècle florissant.

Sur la route des châteaux du Médoc

Le premier rencontré sur notre circuit sera le château Cordeillan-Bages. La maison de maître actuelle est une chartreuse dont le corps principal remonte au milieu du XIXe siècle. Ses deux tourelles plus anciennes, sont le vestige de la première demeure construite au XVIIe siècle. Ouverte en 1989, la maison est membre des Relais & Châteaux depuis 1992.

Direction le village de Bages et son histoire. Jean-Philippe Cazes, propriétaire du château Lynch-Bages (5e grand cru classé) désirant en 2003 engager des travaux de chais sur les conseils d'un architecte, a souhaité redonner vie à ce hameau aux maisons abandonnées. Hameau où il courait pieds nus quand il était enfant et que sa grand mère l'emmenait en vacances depuis Pauillac. Il le dédie au vin et aux saveurs. Petite anecdote : Patrick Baudry a emmené en 1985 , dans la navette spatiale Discovery, une bouteille de Lynch-Bages.

Sortis de Bages, nous nous approchons du château Grand Puy Lacoste, l'un des domaines les plus anciens du Médoc. L'histoire de Grand-Puy-Lacoste fascine à plus d'un titre. Elle s'inscrit dans une saga familiale qui remonte au XVIe siècle. Le nom de Grand-Puy vient de l'expression ancienne "puy" qui signifie "tertre, petite hauteur" et ce terroir est déjà mentionné dans des documents datant du Moyen-Âge. En effet le vignoble s'étend sur l'une des croupes de terrain où sont nés les premiers crus du Médoc. Depuis le XVIe siècle, le cru s'est transmis de génération en génération et, par le jeu des alliances entre familles, il est resté au sein de la même descendance jusqu'en 1920, avant de reprendre un destin familial avec les Borie en 1978 ...

... laissant l'immense propriété sur notre gauche, nous gagnons la grotte d'Artigues pour la pause. Il s'agit d'une réplique de la grotte de Massabielle plus connue sous le nom de grotte de Lourdes : l'histoire est à lire dans l'album.

Repartis à travers vignes, un œil sur le château Pibran ... acquis en 1941 par Paul Billa, cette propriété a perduré au sein de la famille sur plusieurs générations, avant d’être racheté en 1987 par Axa Millésimes. Le domaine s’est agrandi en 2001 après le rachat de la propriété voisine, le Château Tour Pibran, ce qui a suscité une restructuration de l’ensemble du domaine ...

... et un œil sur le château Pontet-Canet 5eme grand cru classé, 1er domaine certifié agriculture biologique et biodynamique, un des premiers à réintroduire le cheval dans le travail dans les vignes. Il est du XVIIIe et la famille Pontet est propriétaire jusqu'en 1865. Il est racheté par Herman Cruse déjà propriétaire de Rauzan-Ségla et Giscours puis par Guy Tesseron négociant en Cognac en 1975 ...

... et les écuries.

Situé face aux écuries du château Pontet-Canet se trouve le château d'Armailhac : c'est au pied de l'obélisque et face à la grande allée reliant les 2 châteaux que Jean nous conte l'histoire de la famille Rothschild. Au XVIIIe, Mayer Amschel R. a 5 fils qu'il initie à la pratique des affaires. En 1789, il en envoie 4 dans 4 grandes capitales européennes : Salomon à Vienne; Nathan à Londres; Carl à Naples; James à Paris; Amschel reste avec lui à Francfort.

Le château d'Armailhac : acquis en 1933 par le Baron Philippe de Rothschild et connu autrefois sous le nom de Mouton d'Armailhacq, le château s'appela ensuite Mouton Baron Philippe puis Mouton Baronne Philippe avant de retrouver pour partie son identité d'origine en 1988 château d'Armailhac. 5ème grand cru classé de 1855, 70 hectares et possède ses propres installations techniques ...

... contournant la propriété nous apercevons la maison de maître à pan coupé en pierres blanches qui a accueilli le Régisseur général des propriétés de 1947 à 1966 ... n'est pas habitée aujourd'hui ...

... un magnifique parc sépare les 2 propriétés ...

... derrière nous l'allée du château d'Armailhac et face à nous le château Mouton Rothschild : en 1853 Nathaniel R. fils de Nathan de Londres s'installe à Paris et fait l'acquisition du château Brane Mouton à Pauillac et le renomme Mouton Rothschild. Le vin de Mouton R. ne suscita guère d'intérêt. Mais en 1922 le Baron Philippe, arrière petit-fils de Nathaniel, à vingt ans prend en main le domaine pour en faire ce qu'il est aujoud'hui. 1er grand cru classé, 90 hectares

  • le cuvier 70m de long sur deux niveaux, 44 cuves en chêne et 20 en inox
  • le grand chai construit en 1926 long 100m, large 25m contient 1000 fûts de chêne sur 1 seul niveau
  • la cave à bouteilles contient 120000 bouteilles qui proviennent d'échange entre Mouton et les plus grands châteaux du Bordelais. Ces bouteilles sont rebouchées tous les 25 à 30 ans
  • la vinothèque conserve les millésimes pour la postérité : 24 bouteilles, 6 magnums et 3 jéroboams de Mouton, la plus ancienne un millésime de 1859.
  • le chai de seconde année reçoit les barriques de l'année précédente après leur séjour dans le grand chai.

Puis vient l'heure de la pause repas, rejoints par Chantal, François et Claude

Une bonne heure de repos plus tard, nous reprenons notre cheminement, retour vers Mouton Rothschild ...

... traversée du vignoble avec vue sur les châteaux Lafite-Rothschild ...

... Cos Labory (à G) et Cos d'Estournel avec ses toits pagodes : le domaine fut fondé par Louis-Gaspard d'Estournel (1762-1853), qui hérita de vignes près du village de Cos en 1811. Le succès fulgurant dû à la qualité du vin, lui permet des exportations lointaines, notamment aux Indes, lui attirant le surnom de Maharadjah. En 1830, pour célébrer cela, il surmonte ses chais de pagodes chinoisantes, qui seront dès lors l'image exotique de Cos, et fait venir de Zanzibar une porte du XVIIe siècle. Louis-Gaspard d'Estournel doit en 1852, sous le poids de dettes, vendre le domaine qui passera de mains en mains au cours du XIXe siècle, n'empêchant pas le classement en deuxième grand cru (et meilleur Saint-Estèphe) en 1855 ...

... le château Clerc Milon : racheté par le baron Philippe de Rothschild en 1970, 41 hectares, 5ème grand cru classé et entièrement reconstruit en 2011 ...

... direction le château Lafite-Rothschild pour admirer le parc et la façade donnant sur la départementale : en 1868 le baron James de Rothschild, chef de la branche française des Rothschild acquiert le château suite à une mise en vente publique. 112 hectares, 1er grand cru classé. Le chai circulaire enterré de l'architecte Ricardo Bofill en 1987 et sa voûte soutenue par 16 colonnes peut contenir 2200 barriques.

Nous gagnons Anseillan ... maison à la tour, château et pompe ...

... petite halte pour parler du site de Trompeloup, lieu de vestiges de moins en moins visibles de presque 200 ans d'industries lourdes à Pauillac : les raffineries de pétrole (fermées en 1985) / les hauts-fourneaux / les appontements des paquebots transatlantiques vers l'Amérique centrale et du sud / l'appontement de l'A380 (transfert sur des péniches → Bordeaux → Langon) / la SEDAM entreprise de grand hangar bleu où se fabriquaient dans les années 70 les aéroglisseurs (traversée Blaye-Lamarque ou Pauillac) dont le N500 qui était le plus gros du monde et qui a brûlé peu après sa mise en service / un lazaret, centre d'isolement des marins et passagers venant des pays lointains pour éviter la propagation des maladies (la peste).

Après avoir traversé la voie ferrée Bordeaux / Pointe de Grave, un ancien site industriel et sauté un fossé ...

... nous retrouvons l'estuaire et notre point de départ.

Et pour terminer agréablement cette belle journée printanière, nous avons pris d'assaut l'unique café ouvert de toute la rue ...

 Un immense merci à Jocelyne et Jean et Gérard pour cette magnifique journée enrichissante

 

beaucoup d'autres photos sont à découvrir dans l'album



Publié à 14:40, le 7 avril 2019, dans Journee entiere, Pauillac
Mots clefs :


Saint-Aubin-de-Branne en passant par Branne et Cabara.

Mardi 26 mars 2019

 

C'est la petite commune de Saint-Aubin-de-Branne qui nous accueille aujourd'hui (369 habitants répartis sur le bourg et une dizaine de hameaux). Soleil et ciel bleu ont encouragé 34 marcheurs à quitter leur lit douillet pour envahir les 2 parkings ... de et en face de la mairie ! Après quelques annonces puis des info sur le village ...

Lire la suite...

... et en possession de la clef de l'église aimablement prêtée par le maire, nous en profitons pour la visiter. Des XIe, XIIe et du XIVe au XVIe siècles et inscrite aux Monuments Historiques en 1925, elle abrite un imposant retable et une vierge orante du XVIIIe. Sous le badigeon des murs de la nef, on a récemment découvert un ensemble important de fresques datant du XVIe siècle.

Départ ensuite par la petite route contournant le château de l'Heyrisson : XVIe et XVIIe siècles. La tour polygonale renferme un escalier à vis. Des vignes de part et d'autre ...

... un plan d'eau en contrebas ...

... et nous voici arrivés à La Hage et Julian, 2 sympathiques hameaux aux belles maisons restaurées ...

... avec en prime un point de vue sur Branne et les coteaux de St-Emilion.

Nous poursuivons en direction du moulin de Lagut situé sur le plateau portant le nom de Mont Tremblant ...

... et après la maison à la glycine ...

... nous entamons la descente sur Branne.

C'est en bord de Dordogne à proximité du pont métallique que nous faisons la pause.

Après avoir longé la passante départementale sur environ 700m, nous retrouvons avec soulagement le calme des palus ...

... et une belle vue sur les coteaux de St-Emilion et le château Pavie (terrasses à droite).

Nous avons rejoint la Dordogne à Cabara ...

... ses maisons du port, son bateau restaurant et apprécié la tranquillité des lieux.

La route s'écarte ensuite de la rivière ...

... croise une départementale que nous traversons pour gagner la grange de Lourme ...

... et la vallée de l'Engranne.

C'est par une route agréable et une côte que nous effectuons le chemin du retour ...

... avec de nombreux arrêts pour papoter et profiter des paysages ...

... jusqu'à notre arrivée aux voitures ...

... où un petit groupe restera pique-niquer.

 

d'autres photos sont à découvrir dans l'album

Un grand merci à l'équipe du mardi pour ce circuit qui reste très agréable quel que soit le point de départ ou le sens dans lequel on l'effectue.



Publié à 23:50, le 5 avril 2019, dans Rando du mardi, Saint-Aubin-de-Branne
Mots clefs :


Balade à Latresne

Jeudi 21 mars 2019

 

Une belle matinée ensoleillée et 29 marcheurs réunis sur le parking de La Salargue de Latresne ...

Lire la suite...

... d'où, après un petit mot de notre président ...

... nous sommes prêts à démarrer. Par la route passant devant la maison et son arbuste d'où émergent 2 pieds chaussés (pas les mêmes chaussures qu'en 2016!) ...

... conduisant à la zone artisanale pour ensuite gagner la piste cyclable.

Long et agréable cheminement entre Garonne et palus où se cachent de magnifiques demeures.

Nous quittons la Garonne pour retrouver l'agitation de la départementale ...

... puis la tranquillité de la voie verte (ancienne voie ferrée Bordeaux-Eymet) pour la pause.

Nous continuons dans les palus et c'est par la piste cyclable ...

... et la route du départ longeant la Pimpine ...

... que nous regagnons le parking.

Ce petit circuit de 5km fait et refait à de multiples reprises reste toujours aussi agréable quelle que soit la saison. Merci à Philippe, Jean-Pierre, François et Michel.

 

d'autres photos à découvrir dans l'album



Publié à 23:55, le 29 mars 2019, dans Balade du jeudi, Latresne
Mots clefs :


Weekend raquettes à Arrens-Marsous en Val d'Azun du 15 au 17 mars 2019

Vendredi 15 mars

 

On parle souvent des "Balcons des Pyrénées" pour désigner les lieux où la vue sur les sommets est la meilleure. Les hauteurs du Val d'Azun valent le déplacement : le Cabaliros, le Gabizos, le Balaïtous, le Pic du Midi ... Les sommets enneigés seront nos compagnons du weekend.

10 raquetteurs qui marcheront sans raquettes par manque de neige mais qui profiteront tout de même de celle-ci par endroits ...

Le soleil à faire pâlir un estivant le samedi ... un peu plus timide le dimanche ...

Les "chalets d'Arrens" sont superbes comme l'accueil. La proximité du gave d'Azun et le décor ajoutent du plaisir au repos.

Tout le monde est là vers 18h et après une balade dans le village, nous commençons par le repas du soir autour d'une table où chacun a porté son repas ...

Lire la suite...

... avant d'aller se coucher.

-------------------------------------------------

Samedi matin 16 mars ...

 

 ... rendez-vous sur le parking de la station de Couraduque ...

... d'où nous partirons vers les sentiers de raquettes sous le soleil et avec la vue.

C'est parti en chaussures de marche ... le niveau de neige est trop bas.

Nous empruntons le P.R du "Tour du Val d'Azun" avec une première montée qui devient de plus en plus aléatoire voire délicate. Les voix de la sagesse, que nous écoutons, nous recommandent de rebrousser chemin pour en emprunter un autre plus à notre portée.

 Le Pic du Midi ...

 ... et un peu de repos pour la pause du matin.

Un air de printemps ...

... et nous cheminons le long d'un chemin enneigé ...

... jusqu'au col de Liar à l'heure du déjeuner.

Quatre vaillants feront 80m de plus de dénivelé pour apercevoir Argelès et le val d'Azun dans son ensemble .

C'est par la piste dite "La Tonique" que le retour se fait vers le col de Couraduque.

A l'arrivée on souffle, on pousse les rochers ...

... puis on se désaltère.

Retour aux gîtes et préparation du repas du soir : potage, raclette et gâteau basque au menu.

Dans la soirée, spectacle imprévu : un incendie provoqué ou pas ... illumine le ciel sur les sommets.

Dodo sur le dos ... la raclette c'est plus lourd que les raquettes !!!

 

d'autres photos à découvrir dans l'album



Publié à 23:45, le 24 mars 2019, dans Sortie raquettes, Arrens-Marsous
Mots clefs :


Weekend raquettes à Arrens-Marsous en Val d'Azun du 15 au 17 mars 2019

Dimanche matin 17 mars ...

 

... la météo n'étant pas des plus optimiste, nous décidons de rester dans la vallée pour faire un circuit des villages. Du départ de Marsous, nous irons vers Aucun, Gaillagos, Arcizans-Dessus et Bun avant de revenir au point de départ.

Marsous d'abord ...

Lire la suite...

... puis un chemin de Compostelle (il y en a partout maintenant).

Aucun ensuite.

Le soleil se décide et choisit d'apparaitre lorsque nous sommes en route vers Gaillagos ...

... Gaillagos où un écureuil nous accueille ... à noter aussi le lavoir boîte à livres.

20 minutes de marche et nous sommes à Arcizans-Dessus connu pour ses nombreux moulins qu'un petit ruisseau alimente au moyen de canalisations déviées. Certains sont restaurés voire transformés et d'autres en piteux état.

Repas de midi un peu frileux, le soleil nous faisant des cachotteries ...

... puis petit tour dans l'église.

Reste le plus dur : un sentier doit nous mener vers Bun. Il existe, gravé dans nos souvenirs mais demeure invisible à nos yeux. Renseignements pris, il a en partie disparu suite à des orages violents mais on peut tout de même essayer. S'en suit une partie rocambolesque de la journée avec allers, retours, traversées épiques de torrents avec ou sans passerelles ...

... pour enfin déboucher à l'entrée de Bun et ses poulaillers à étages : en bas le cochon, au-dessus les poules et au dernier étage les pigeons ...

... un brocanteur, l'église et son étrange monument aux morts.

La journée s'avance et il est temps de reprendre le chemin du retour vers Marsous.

Le weekend se termine par un pot pris au bar sympathique d'Arras-en Lavedan entre les livres, les œuvres d'art et les tables peintes.

Retour pluvieux au bercail et coucher de soleil sur l'avion d'Aire-sur-Adour.

La population des 5 villages visités représente environ 1000 habitants et la majorité des maisons sont des résidences de vacances.

 

d'autres photos sont à voir dans l'album

Merci à Gérard pour le texte et les photos



Publié à 23:30, le 24 mars 2019, dans Sortie raquettes, Arrens-Marsous
Mots clefs :


Sur les chemins de Cursan et Croignon

Mardi 12 mars 2019

 

Nous voici de retour sur les chemins de Cursan accompagnés par un petit vent frisquet. Du vent certes mais aussi du soleil entre deux journées de giboulées ... alors profitons du temps présent. Nous avons rempli le parking et après avoir écouté quelques info sur la commune ...

Lire la suite...

... nous démarrons par le sentier herbeux puis traversons la départementale. Nous attaquons la grimpette ...

... sur le sentier humide et creusé d'ornières (il a été bien pire à certaines périodes très très pluvieuses !). Un petit passage sous la barrière ...

... nous permet d'apercevoir un peu plus loin au fond du vallon et dissimulé par la végétation le château Barrault datant de 1336. C'était autrefois une petite forteresse. Il fut agrandi au début du XVe siècle et construit par Bertrand de Bordas. Le comte de Fumel le fit restaurer au XIXe siècle. La famille Blanchy en devient propriétaire au XIXe siècle. Il présente un corps de logis en équerre à trois niveaux à toits presque plats, l'édifice est accolé de tours rondes en encorbellement, toits en poivrières et terrasses côté parc. Il est vide et inhabité depuis la fin des années 80 et géré par la SARL château Barrault dont le siège se situe à Bayonne.  Lire l'article du SO du 25 février 2019

Retour sur le chemin passant au pied de la palombière ...

... pour arriver sur une route conduisant à l'entrée de Croignon pour la pause.

C'est dans un décor printanier que nous reprenons notre cheminement avant de retrouver le bitume dans la traversée du village ...

... un œil sur les châteaux de Camarsac et Rivalan (Le Pout).

Nous empruntons ensuite le chemin de Vireli entre bois et prairies ...

... qui nous ramène à notre point de départ.

 

d'autres photos à découvrir dans l'album

Merci aux 32 participants et à l'équipe du mardi



Publié à 16:15, le 14 mars 2019, dans Rando du mardi, Cursan
Mots clefs :




Qui suis-je ?


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums


«  Avril 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 

Rubriques


Accueil
AG
Balade du jeudi
Choraleurs
Court sejour
Divers
Journee entiere
Long sejour
Rando du dimanche
Rando du mardi
Rando galette
Rando repas
Rando urbaine
Rando weekend
Randonnee nocturne
Sortie montagne
Sortie raquettes
Telethon

Derniers articles


Bienvenue sur notre blog de randonnée
Randonnée en chansons avec les Choraleurs ...
Pauillac ... de châteaux en châteaux chemin faisant
Saint-Aubin-de-Branne en passant par Branne et Cabara.
Balade à Latresne
Weekend raquettes à Arrens-Marsous en Val d'Azun du 15 au 17 mars 2019
Weekend raquettes à Arrens-Marsous en Val d'Azun du 15 au 17 mars 2019
Sur les chemins de Cursan et Croignon
Cessac en passant par Courpiac, Baigneaux et Frontenac
Balade à Quinsac
De Sainte-Croix-du-Mont à Verdelais
Lestiac ... entre coteaux et Garonne
Rions ... avec la galette
Balade à Latresne ... avec la galette
Cérons / Podensac ... avec la galette

Sites favoris


Blog Anne-Marie
Blog de Le Pout
Blog de Catherine
Boîtes à lettres1
Boîtes à lettres2

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Visiteurs